Accueil » Nè Wendé » L’ex-aide de camp de Blaise a le don d’ubiquité

L’ex-aide de camp de Blaise a le don d’ubiquité

C’est presque haletant que Mounafica a débouché chez moi. Le souffle à peine venu, il me lança: «Mon frère, ça ne va». Alors, j’ai rétorqué machinalement «qu’est ce qui ne va pas encore?» Nè Wendé!

Après une bonne gorgée d’eau amenée par ma nièce, Mounafica s’est mis à déballer le fond de son cœur. Il venait de recevoir un message sur WhatsApp qui disait que le colonel Céleste Joseph Coulibaly, l’ancien aide de camp de Blaise Compaoré, celui-là même qui l’a accompagné au Maroc et à Abidjan après l’insurrection, avait rejoint les camps de l’armée ivoirienne pour être l’adjoint du Chef d’état-major particulier de Ado, le général Vagabond, pardon, le général Vagondo. «Afin de l’appuyer pour renforcer la sécurité du territoire ivoirien» comme il est écrit. Nè Wendé!

En réponse, j’ai dit: «Ayi, mon frère, où est le problème?» C’est là que Mounafica a fait sortir ses angoisses. Blaise est en Côte d’ivoire et si son ancien aide de camp l’y rejoint, c’est que quelque chose se prépare encore le Faso. Il a pris l’exemple du coup d’état de Gilbert Diendéré pour étayer son propos. N’est-ce pas encore Soro qui est derrière cette affaire de défection du colonel Céleste Coulibaly? Nè Wendé!

Très calmement, je lui ai dit que mon neveu venait juste de me quitter; il était venu donner  des gallinacées à sa tante pour les fêtes et comme lui est un môgo puissant, il m’a dit que Simon avait raison quand il disait qu’avec les réseaux sociaux, on peut mettre Paris dans une bouteille. Etant un proche du colonel Coulibaly, mon neveu, avant de venir chez moi, était chez le colonel et c’est dans son salon que les deux ont reçu en même temps le message WhatsApp. Ils l’ont accueilli dans un grand éclat de rire. Et le colonel Coulibaly lui a dit: «Comment puis-je être à Abidjan et en même temps avec toi dans mon salon, à moins que je n’aie le don de l’ubiquité!» Le don d’ubiquité, c’est d’être à deux endroits en même temps. Nè Wendé!

Mais après cela, le colonel, en bon militaire, a mis ses réseaux en marche pour connaître la source de ce canular. Là, il est devenu plus sérieux, a assuré mon neveu. Tout viendrait d’une activiste des réseaux sociaux proche du FPI, mais ce qui chagrine le colonel Coulibaly est la petite phrase qui termine le message: «Ces burkinabè ont un pays kdo (cadeau)». Nè Wendé!

Pour le colonel Coulibaly, au-delà de sa personne, il y a comme une attaque généralisée contre le président ADO, taxé d’être burkinabè, et toute la communauté burkinabè vivant en Côte d’Ivoire. Il y voit des propos poussant à la xénophobie, particulièrement contre la diaspora burkinabè de Côte d’Ivoire. Mon neveu m’a fait savoir que ce volet inquiète franchement le colonel  Coulibaly car si ici au Faso on se laisse aller dans des commentaires sur son passé d’aide de camp de Blaise Compaoré, on ferait l’affaire de ceux qui ont jeté ce pavé. D’une pierre, ils feraient deux coups: créer la zizanie au Faso, et remettre au goût du jour la ‘’burkinabité’’ de ADO. Nè Wendé!

Après ces explications de mon neveu que j’ai relatées à Mounafica, mon pote a soupiré bruyamment en disant: «Là, je comprends car moi-même je ne voyais que l’aide de camp qui a rejoint son mentor, je ne voyais pas du tout toute la dose de danger xénophobe qui se cache derrière ce post». Né Wendé!

Mounafica est reparti rassuré, en me disant qu’il n’est pas bon de partager un tel post… Nè Wendé!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *