Accueil » Mounafica » Liberté provisoire pour Djibrill Bassolé: ce qu’on ne nous a pas dit

Liberté provisoire pour Djibrill Bassolé: ce qu’on ne nous a pas dit

Les Burkinabè insurgés sont toujours sous le coup de l’assommoir avec l’annonce de la liberté provisoire accordée au général Djibrill Bassolé pour raisons de santé. Ainsi en a décidé la Chambre de contrôle de l’instruction.

Les partisans de Bassolé sont dans la joie, à contrario les insurgés sont groggys, ils ne comprennent plus rien en la justice du Faso. Car cette liberté provisoire a été mal expliquée, elle est assimilée à une libération, un blanchiment du général Bassolé, surtout quand on a vu que les charges contre lui se sont fondus comme beurre de karité sous le soleil d’avril de Ouagadougou. De 11, il n’en reste plus qu’une «la trahison».

La raison de la maladie de Bassolé qui est brandie comme un drapeau n’est pourtant pas la principale raison. Il y en a mille autres dont la plus pesante sur les autorités burkinabè vient du président français Macron. Sans jeu de mal malsain, il y a dans son nom presque le mot «maçon». C’est de ce côté qu’il faut voir les choses.

La puissance de la franc-maçonnerie dont le général Bassolé est un haut responsable a mis en marche sa machine de pression. Déjà, le groupe de travail de l’ONU était dans la même dynamique… Le président français, avant sa visite au Burkina, a certainement poussé les autorités burkinabè à se pencher sur le cas général Bassolé. Sans mettre en balance sa venue à la condition de liberté provisoire pour Bassolé, on n’en était pas loin. Le dernier messager pour exiger la liberté pour Djibrill Bassolé, on ne l’imagine pas, aura été le président béninois Patrice Talon.

La coïncidence même troublante de sa visite de travail au Faso avec le OK de la liberté provisoire pour Bassolé semble passer inaperçue. Et pourtant, Patrice Talon est venu talonner les autorités burkinabè pour accélérer le dossier Djibrill Bassolé, et à peine a-t-il quitté Ouagadougou que la rumeur, puis la confirmation a été faite que Djibrill Bassolé a reçu enfin le bénéfice de la liberté provisoire.

Sa santé chancelante est un motif en béton, mais la pression venue du dehors l’est encore plus. Mais ça, on ne peut pas le dire de façon officielle.

Mounafica, tout œil tout ouïe!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *