Accueil » Arts-Culture » L’industrie culturelle burkinabè capacité par l’Union européenne et l’Agence française de Développement

L’industrie culturelle burkinabè capacité par l’Union européenne et l’Agence française de Développement

En marge de la célébration du cinquantenaire du FESPACO, l’occasion était belle pour le ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme et son partenaire, l’Union européenne, pour animer ce lundi 25 février 2019 une conférence de presse à Ouagadougou. Il était question du lancement de deux programmes dédiés à la culture. Des programmes qui bénéficient du soutien de l’Union européenne (UE) et de l’Agence française de Développement(AFD). Il s’agit du Programme d’appui aux industries créatives et à la gouvernance de la culture et l’Initiative de financement innovant pour la culture.

le représentant de l’UE, de l’AFD et le ministre burkinabè de la culture

L’Union européenne soutient la culture; son représentant, M. Stefano Manservsi, Directeur général du développement et de la coopération internationale de la Commission de l’Union européenne l’a fait savoir. Le Programme d’appui aux industries créatives et à la gouvernance de la culture a été identifié dans le cadre de «l’appui à la mise en œuvre de la stratégie nationale de la culture et du tourisme». M. Manservi s’est réjoui que cette annonce se fasse au moment du cinquantenaire du FESPACO.

Ce programme, qui est prévu pour durer cinq ans, vise à créer une dynamique de développement culturel et touristique, à renforcer les capacités entrepreneuriales et la créativité des acteurs culturels. Pour lui, il est indéniable que «la culture recèle un énorme potentiel de développement socio-économique et de création d’emplois, notamment pour les jeunes». Cela justifie «la raison pour laquelle l’UE est désireuse d’investir davantage dans ce secteur» a-t-il ajouté.

Le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, M. Abdoul Karim Sango, pour ce qui le concerne, opine que «la culture est l’alpha et l’oméga du développement». Par conséquent, a-t-il poursuivi, «il serait erroné de croire que ce n’est qu’un accessoire. Elle est créatrice d’emplois contrairement à ce que l’on pense.» Les sept milliards de FCFA offerts par l’Union européenne dans le cadre du programme devraient permettre la création d’une véritable industrie culturelle, a-t-il rassuré.

le public

Il faut dire que l’Union européenne a aussi apporté un soutien conséquent dans la rénovation de la salle Guimbi Ouattara de Bobo-Dioulasso. Cela s’est fait à travers l’Association de soutien du cinéma au Burkina Faso, basée à Bobo-Dioulasso, qui a obtenu le financement de son projet de sauvegarde et de rénovation de la salle Guimbi Ouattara. Cette salle mythique du cinéma burkinabè qui a ouvert ses portes en 1957.

L’Union européenne, en rappel, a plusieurs domaines d’intervention au Burkina à savoir: la bonne gouvernance et le développement, les infrastructures,  la santé, l’eau et assainissement, l’énergie, la protection de l’environnement, le développement rural et la sécurité alimentaire, et d’une manière générale l’aide aux populations vulnérables.

Hamadou Ouédraogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *