Lionel Zinsou et Yayi Boni auraient escroqué 15 milliards de FCFA à Ebomaf - Les échos du Faso
Accueil » Mounafica » Lionel Zinsou et Yayi Boni auraient escroqué 15 milliards de FCFA à Ebomaf

Lionel Zinsou et Yayi Boni auraient escroqué 15 milliards de FCFA à Ebomaf

Les antennes de Mounafica ont eu vent de cette affaire à travers les médias béninois, eux-mêmes l’ayant entendue de la très introduite Lettre (du Continent) dans nos palais présidentiels. Elle oppose notre compatriote et homme d’affaires, Mahamadou Bonkoungou, PDG du groupe Ebomaf, à l’ancien Premier ministre béninois, Lionel Zinsou, et l’ancien président de la République, Yayi Boni.

Le conseil (avocat) de Mahamadou Bonkoungou vient de saisir le parquet de Cotonou d’une plainte en escroquerie aggravée et complicité d’escroquerie aggravée contre l’ancien Premier ministre, Lionel Zinsou. Celui-ci lui aurait extorqué la bagatelle somme de 15 milliards de FCFA.

De quoi s’agit-il? Ebomaf, comme on l’appelle ici, a été approché par Yayi Boni, alors président de la République du Bénin, afin qu’il prêtât 15 milliards de FCFA à Lionel Zinsou pour permettre à ce dernier de financer sa campagne pour l’élection présidentielle de 2016. Zinsou a promis de rembourser le prêt sur la vente de ses parts dans la société PAI Partners, en lui exhibant des documents pour conforter ses dires.

«Courant année 2016, Monsieur Thomas Boni YAYI, m’a prié d’accorder un concours financier de quinze milliards de FCFA à Lionel Alain ZINSOU-DERLIN qu’il m’a introduit» explique Ebomaf. «Monsieur Thomas Boni YAYI m’a donné l’assurance du remboursement en insistant à maintes reprises sur la promptitude attendue de moi» poursuit le plaignant.

Sous sa pression, dans un premier temps, Ebomaf a donc remis 2,5 milliards de FCFA à Zinsou au domicile de Boni Yayi. Avant la remise des fonds, Ebomaf a demandé la présence d’un témoin. C’est ainsi que Komi Koutché a rejoint le groupe.

D’autres remises ont été faites par la suite jusqu’à concurrence du montant demandé. Mais comme Ebomaf aussi n’est pas né de la dernière pluie provoquée et qu’il a le nez creux, la dernière tranche a été remise à Ouagadougou. Pour cela, il a sollicité le concours d’un notaire pour faire signer à Zinsou une reconnaissance de dette récapitulative des sommes perçues. Komi Koutché, le témoin, a également fait le déplacement de Ouagadougou.

Mais au jour d’aujourd’hui (il paraît que ça ne se dit pas en bon français mais comme nos langues participent également au rayonnement de la langue française dans le cadre de la Francophonie, Robert devrait souffrir de l’accepter car c’est une traduction de nos langues – runda daaran, en mooré), même un tama (ancien 1 FF) n’a été perçu par Ebomaf; Lional Zinsou n’a même pas versé un tanka (ancienne pièce de 50 centimes) à Ebomaf.

La présidentielle s’étant déroulée en 2016, cela fait deux ans que Ebomaf attend Zinsou en vain. Pire, ce dernier aurait vendu ses parts d’actions mais les sous ont pris une autre direction que les poches d’Ebomaf. Pourtant, la loi béninoise est claire là-dessus:

«Article 59 alinéa 2 de la loi: Quiconque, soit en faisant usage de faux noms ou de fausses qualités, soit en employant des manœuvres frauduleuses pour persuader l’existence de fausses entreprises, d’un pouvoir ou d’un crédit imaginaire, ou pour faire naître l’espérance ou la crainte d’un succès ou de tout autre événement chimérique, se sera fait remettre ou délivrer, ou aura tenté de se faire remettre ou délivrer des fonds, des meubles ou des obligations, dispositions, billets, promesses, quittances ou décharges, et aura, par un de ces moyens, escroqué ou tenté d’escroquer la totalité ou partie de la fortune d’autrui, sera puni d’un emprisonnement de un (01) an au moins et de cinq (05) ans au plus et d’une amende égale au triple de la valeur mise en cause sans qu’elle soit inférieure à un million (1 000 000) de francs.

Les peines d’emprisonnement pourront être portées de dix (10) à vingt (20) ans et l’amende au triple de la valeur mise en cause sans qu’elle soit inférieure à vingt-cinq millions (25 000 000) de francs lorsque l’escroquerie est réalisée:

Par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public, dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions;

Par une personne qui prend indûment la qualité d’une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public;

Par une personne ayant fait appel au public en vue de l’émission d’actions, obligations, bons, parts ou titres quelconques doit d’une société, soit d’une entreprise commerciale ou industrielle;

Au préjudice d’une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparente ou connue de son auteur;

En bande organisée c’est-à-dire par un groupement formé ou une entente établie.

Dans tous les cas, les coupables pourront être en outre frappés pour dix (10) ans au plus de l’interdiction des droits mentionnés à l’article 30 de la présente loi.

Ils pourront aussi être frappés de l’interdiction de séjour.

La tentative des infractions prévues au présent chapitre est punissable des mêmes peines.»

Comptant sur la Justice béninoise, Ebomaf espère qu’elle usera de célérité pour interpeller et juger les deux présumés escrocs que sont l’ancien président et son Premier ministre, afin de le rétablir dans ses droits.

Mounafica, tout œil tout ouïe!

3 commentaires

  1. C’est bien fait pour la gueule de Ebomaf,il a joué au poker et il est entrain de perdre.C’est par calcul qu’il a donné cet argent à Zinsou,il voulait certainement des avantages,donc on s’en fout point barre.

    • il est quand même un frère qui est escroqué

      • Non,il n’a pas été escroqué.Comme disait @siakoul,il a joué et il a perdu gros en misant sur le mauvais cheval.Penses-tu sincèrement que si le sieur Zinsou avait remporté les élections présidentielles,cette histoire allait être ébruitée?Mais NON,au contraire monsieur Bonkougou allait se rendre à la présidence pour se prosterner devant le nouvel fort Bénin et en guise,il allait lui dire que concernant les milliards,en fait c’était un petit don afin que vous puissiez réussir dans votre mission car j’avais senti que tu étais l’homme de la situation pour diriger le Bénin car vous avez des qualités énormes et l’Afrique a besoin de valeureux fils comme vous tout en sachant bien que par ce geste,monsieur Bonkougou s’attend à des retombés énormes avec de juteux marchés tout en surfacturation.On connait comment marche l’Afrique.Pour moi,c’est bien fait pour sa gueule,de toute façon,il ne va pas en mourir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *