L’ONI paralysé par un mouvement d’humeur des policiers: ils exigent le départ du DG - Les échos du Faso
Accueil » Défense-Sécurité » L’ONI paralysé par un mouvement d’humeur des policiers: ils exigent le départ du DG

L’ONI paralysé par un mouvement d’humeur des policiers: ils exigent le départ du DG

Portail fermé, devanture déserte

Depuis le vendredi dernier, les services de l’Office national d’identification (ONI) sont paralysés par un mouvement d’humeur des agents de la Police. Ils sont dans l’enceinte de l’office mais n’assurent pas leurs tâches habituelles. La raison, une bisbille entre eux, éléments de la Police nationale, et le Directeur général de l’ONI. Pour en savoir sur cette situation qui commence à prendre des proportions inquiétantes, nous avons contacté un élément de la Police, membre de l’Unapol, le syndicat des policiers.

D’après son récit, le DG de l’ONI aurait dit des policiers qu’ils sont jaloux des gendarmes et hypocrites. Alors qu’ils sont dans un service du ministère de la Sécurité (leur ministère d’origine), pendant que les gendarmes (qui relèvent de la Défense) ont été mis à la disposition du ministère de la Sécurité pour emploi. «Il n’y a donc pas de raison qu’on vienne chez nous nous dire que nous sommes jaloux de gens qu’on a mis à notre disposition pour emploi» gronde notre informateur. «Si c’est nous qu’on avait envoyés à la Défense pour emploi, nous ne pouvons pas arriver là-bas et les insulter».

Pour ce motif, le DG est prié de partir avant la reprise du travail. «On ne peut pas laisser n’importe qui insulter l’institution policière et il y a rien. Alors qu’un Etat fort a besoin d’une Police forte». Oui mais le DG a retenu la leçon à travers ces quelques jours d’arrêt de travail. Donc, vous pouvez reprendre le travail, avons-nous opiné. «Le DG ne reconnaît même pas avoir proféré ces injures», répond notre interlocuteur.

Il n’y a pas de pardon? avons-nous insisté. «Non, puisque le pardon n’est pas demandé. Il faut qu’il reconnaisse et demande pardon. On attend purement et simplement son départ».

Au début de l’affaire, lorsque les policiers lui ont demandé de présenter ses excuses, il aurait dit qu’il préfèrerait se faire injurier par tout le monde que de le faire, a conclu l’agent de Police.

Ce que l’on constate, c’est qu’il y a encore un couac dans la cohabitation entre gendarmes et policiers. Leur flirt au goût de fiel date d’il y a longtemps. En tout cas, personne, parmi les héritiers actuels de ces deux corps des Forces de défense et de sécurité, ne peut dire depuis quand ni pourquoi cette inimitié légendaire. Si ces deux entités de deux ministères de souveraineté nationale ne peuvent pas se mettre ensemble pour assurer le service public, et si on ne peut pas les y contraindre, il est inutile de les associer pour mener des missions. Le pire est que de leur haine mutuelle, il y ait sabotage du travail.

En attendant, ce sont des voyageurs qui sont bloqués par la non-délivrance des passeports et autres CNIB. L’autorité doit saisir le taureau par les cornes et trouver la solution la plus rapide à la reprise du travail.

Hidogo

2 commentaires

  1. Malheureusement que cette situation mais la nation mal à l’aise. Toutefois nous qui sommes dehors constatons que notre police parle qu’il ne travail. Moindre chose c’est vous qui parler de trop. Aussi, étant para militaire, ne chercher pas à être forcement des militaires.
    De même, sachez que la gendarmerie est un corps d’élite de l’armée alors pour des raisons de souveraineté, elle travaille toujours à l’ombre . Parce que le DG est officier de gendarmerie ou pas? Saurai été un militaire autres (béret rouge, armée de l’aire ou Sapeurs) vous n’alliez pas parler. SVP Arrêter dans dcertains pays ce sont des magistrats ou autres administratifs qui dirigent ces genres d’institutions.
    C’est déplorable, si vous n’êtes pas jaloux d’eux prouvez le à travers le travail au lieu de toujours revendiquer, vous plaindre. SVP mettons nous au travail. pour faire avancer le pays

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *