L’UEMOA veut booster la productivité de la filière coton - Les échos du Faso
Accueil » Economie-Finances » L’UEMOA veut booster la productivité de la filière coton

L’UEMOA veut booster la productivité de la filière coton

Le présidium à l’ouverture de l’atelier
M. Jonas Gbian, commissaire chargé du département de l’Agriculture, des Ressources en eau et de l’Environnement de la Commission de l’UEMOA

L’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) organise du 18 au 20 juillet 2018, un atelier sur la productivité agricole dans les agrosystèmes cotonniers à Ouagadougou. Cet atelier a pour objectif de susciter un échange d’expériences entre les acteurs dans le domaine de la durabilité de la productivité agricole dans les agrosystèmes cotonniers des pays du C4 (Bénin, Burkina Faso, Mali, Tchad) en particulier et ceux des pays producteurs de coton de l’espace UEMOA en général.

Les travaux de l’atelier ont été ouverts par M. Jonas Gbian, commissaire chargé du département de l’agriculture, des ressources en eau et de l’environnement de la commission de l’UEMOA.

Les participants à l’ouverture de l’atelier

Au regard des nombreux défis auxquels la filière doit faire face, M. Gbian a trouvé très opportune l’organisation de cet atelier. Le commissaire de l’UEMOA explique que: «La saison qui est en cours nous avons noté dans tous les Etat de l’UEMOA une position record au niveau du coton. Mais cette position record a été surtout obtenue à cause de l’augmentation des superficies emblavées et non des rendements. Lorsqu’on regarde les rendements on se rend compte que la productivité est très faible. On a un peu moins de une tonne à l’hectare dans tous les Etats. On note également une disparité entre les Etats. Il y a des Etats qui sont plus performants que d’autres». Il était alors important selon les organisateurs d’agir: «Nous avons pensé qu’il est important qu’il y ait une rencontre d’échange entre les acteurs afin que ce qui a marché dans certaines localités puisse être partagé de manière à ce que la productivité du coton puisse être boostée». M. Gbian a d’ailleurs tenu à ajouter qu’il: «est bien de produire du coton, d’avoir des productions, mais c’est encore mieux si le rendement et la productivité suivent».

Les travaux de cet atelier sont prévus pour durer deux jours et ses conclusions seront utilisées pour changer sans doute la donne au niveau des pays membres.

C’est avec le concours de son partenaire stratégique qu’est l’USAID que l’UEMOA compte bien atteindre ces objectifs et mettre en place son projet de compétitivité du coton. Il faut noter que dans ce projet, les actions de l’UEMOA seront entreprises dans les axes sur la productivité agricole durable, le renforcement des partenariats dans le secteur du coton et le genre dans le secteur du coton.

Hamadou Ouédraogo (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *