Accueil » Logtoré » Lutte contre le Paludisme au Burkina Faso: lancement de l’initiative «High Burden High Impact»

Lutte contre le Paludisme au Burkina Faso: lancement de l’initiative «High Burden High Impact»

La photo de famille

Ouagadougou, ce 13 mai 2019, le ministère de la Santé a procédé au lancement de l’initiative High Burden High Impact. C’était au cours d’une rencontre qui a réuni, des Gouverneurs de région, des chercheurs, un représentant de l’Association des Municipalités, des Partenaires Techniques et Financiers engagés aux côtés de l’OMS dans la lutte contre le paludisme, notamment l’Alliance  des Dirigeants africains contre le Paludisme (ALMA), le Partenariat Faire reculer le Paludisme (RBM),  l’Unicef,  PMI,  Malaria consortium. La présente rencontre, qui va durer trois jours, marque le début de la mise en œuvre de l’initiative au Burkina Faso et est consacrée essentiellement à la planification des activités devant être mises en œuvre pour aboutir à une réduction significative de la morbi-mortalité liée au paludisme.

Au Burkina Faso, le paludisme constitue un problème majeur de santé publique qui fait chaque année des victimes, malgré les avancés significatifs enregistrés ces dernières années dans la lutte contre cette maladie. Selon les statistiques nationales, 12 personnes perdent chaque jour la vie suite au paludisme, parmi lesquelles on compte 70 % des enfants de moins de cinq ans. Pour réduire le fardeau lié au paludisme, et accélérer les progrès dans le cadre de la stratégie technique mondiale de lutte contre le paludisme 2016-2030, et dont l’objectif est de réduire le nombre de cas et de décès dus au paludisme au moins 90% d’ici à 2030, le Burkina Faso, à l’instar d’autres pays, a adhéré à l’initiative «D’une charge élevée à un fort impact» en février 2019. L’adhésion à cette initiative permet au Burkina Faso, comme l’a dit le ministère de la Santé «de développer des approches innovantes afin d’accélérer l’élimination du paludisme à l’horizon 2030». Elle comporte 4 volets que sont:

  • la volonté politique de réduire le nombre de décès liés au paludisme;
  • la capitalisation des  informations stratégiques pour un maximum d’impact,
  • les meilleures orientations politiques et stratégiques; et
  •  une riposte nationale coordonnée contre le paludisme.

Le représentant de l’OMS au Burkina Faso, a au nom de l’ensemble des partenaires techniques et financiers engagés dans la lutte contre le paludisme félicité le gouvernement du Burkina Faso pour son adhésion à l’initiative d’une part. D’autre part, elle a plaidé en faveur de l’augmentation des investissements «en vue de combler les gaps existants et de placer le Burkina Faso sur le chemin de l’élimination du paludisme».

Bulletin d’information en ligne de l’OMS au Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *