Accueil » Edito » Lutte contre le terrorisme: sans engagement sincère, nous périrons tous comme les théologiens de Constantinople

Lutte contre le terrorisme: sans engagement sincère, nous périrons tous comme les théologiens de Constantinople

Au-delà de toute appartenance politique, de toute querelle politicienne, les leaders politiques et l’ensemble du peuple burkinabè doivent s’engager pour la défense de leur patrie

En 1453, quand le conquérant Mehmet II assiégeait Constantinople, les théologiens à l’abri des murs de la ville se disputaient sur le sexe des anges. La question restera sans réponse car comme tous les hommes de la ville, ils seront massacrés par les soldats ennemis. Ainsi, souvent dans la vie, il y a des erreurs, ou plutôt des fautes qui ne trouvent jamais réparation. Autrement dit, il existe des moments dans l’histoire où les erreurs d’appréciations portés sur ces moments quand ils surviennent ont toutes les probabilités de se transformer en fautes irréparables. Il ne reste plus donc aux Burkinabè, surtout aux partis politiques que de faire front commun contre le terrorisme. Au-delà des mots, les leaders des partis politiques de la majorité comme de l’opposition et leurs militants feraient bien de se mobiliser d’ici là, au pied du Monument aux martyrs ou à tout autre lieu symbolique, pour rendre hommage aux FDS tombés armes à la main. Ce serait aussi le moment idéal de condamner unanimement les actes terroristes et d’appeler les Burkinabè à un sursaut patriotique.

En ces moments difficiles pour tous les Burkinabè, l’heure n’est pas aux suspicions, aux accusations, aux divisions et à la querelle. Nous avons besoin d’un sursaut patriotique. La classe politique burkinabè, majorité et opposition confondue, devrait mettre de côté les différends politiques pour faire face à la terreur, faire bloc autour de l’essentiel, à savoir la patrie. Tous, femmes et hommes, vieux et jeunes de toutes les origines, de tout bord politique, de toutes confessions religieuses et de la société civile, nous avons besoin de clamer notre commune aspiration, c’est-à-dire faire du Burkina Faso un Etat stable, une nation unie et solidaire.

Les Burkinabè ont besoin d’être rassurés et de se sentir unis
Seule une union sacrée nous permettra de vaincre le terrorisme sous toutes ses formes

Au-delà de toute appartenance politique, de toute querelle politicienne, les leaders politiques et l’ensemble du peuple burkinabè doivent s’engager pour la défense de leur patrie et pour un ferme soutien aux Forces de défense et de sécurité. Le Burkina est un et indivisible ne peut pas être un simple slogan, il doit guider toutes nos actions. C’est pourquoi nous devons montrer aux ennemis que nous ne nous mettrons jamais à genou et ne nous coucherons pas devant l’adversité et les sanguinaires exécutants. Ensemble, sans peur, nous devrons affronter les terroristes tout comme les traites, où qu’ils soient et où qu’ils complotent. Ils doivent désormais savoir que le peuple burkinabè est ensemble debout et ne se laissera pas faire. Par ces temps où il est plus facile de jeter l’anathème sur le pouvoir en place ou de trouver des boucs émissaires au sein de l’opposition, le peuple burkinabè a besoin d’un symbole fort qu’est une marche solidaire de toute la classe politique. Oui, la défense de la patrie doit être d’abord l’affaire des Burkinabè. C’est d’ailleurs ainsi notre devise: «la Patrie ou la mort, nous vaincrons!»

La classe politique est donc invitée à trouver le ton et les gestes qui unissent. Car les citoyens ont besoin d’être rassurés et de se sentir unis.

Dans ce sens, le flair politique qu’a eu le Premier ministre en rencontrant les partis membres de la majorité présidentielle et les membres du Chef de file de l’opposition politique pour un dialogue républicain et constructif est à saluer à juste titre.

En effet, quand l’intérêt national le commande, un sursaut patriotique s’impose sans orgueil et sans calcul. Rappelons-nous  que le Burkina Faso nous appartient tous, et nous devons œuvrer ensemble à sa construction. Aussi, seule une union sacrée nous permettra de le sauver. Sinon, comme les théologiens de Constantinople, nous périrons tous, sans exception.

Les Échos du Faso

Un commentaire

  1. C’est pour toutes ces raisons que j’avais dit qu’il suffit de mettre Dieu au Centre de notre vie ensemble, de la reconciliasation nationale véritable et nous réussirons toute entreprise, nous gagnerons tout bataille et même la guerre contre le terrorisme mais surtout celle contre la pauvreté et le sous développement; il suffit de mettre l’orgueil de côté, le mensonge et la démagogie. J’avais aussi dit qu’on n’avais pas besoins de superstructures multiformes pour résoudre le problème de vivre ensemble, de se réconcilier véritablement, il faut Dieu. Or si Dieu est au centre, alors le pardon sera le maitre-mot et ensuite les explications, les demandes de pardons seront innombrables. Nos politiques actuelles, notre chefferie actuelle, nos religions actuelles, prendront certaines valeurs de nos devanciers qui ont eu un amour véritable sans arrière pensée, sans calcul machiavélique, sans intérêt pour unir et sauver notre pays de la division inutile. HCRUN hoooo, HCDS hoooo, Médiateur hooo, CES hooo, seule la volonté spirituelle peut surmonter la volonté politique en vue de solutions durables.
    Alors courage à vous Gouvernement dans cette démarche, car il n’y a ni honte, ni orgueil, ni intelligence maline qui peut être une barrière pour les filles et les fils d’une même nation. Nos autorités religieuses ont failli à leur devoir, car c’est à elles de prôner cet esprit de Dieu, cette obligation de vivre ensemble, on ne peut être enfants de Dieu, fidèle de Mohamed ou de Bouda, si on ne prône pas cet amour, ce prochain. La chefferie coutumière, elle peut ne pas incarner toutes les valeurs spirituelles, car elle prône le pouvoir terrestre avant tout, elle divise les classes et prône la soumission. Chez un croyant, la seule soumission possible est celle envers Dieu, le reste étant des mourants.
    Alors, on ne peut pas avoir un PF croyant, un PM croyant et un PAN croyant et mettre les valeurs religieuses de côté et se conduire comme des monarques ou des dictateurs ou comme des incroyants. Que l’amour de Dieu vous illumine et surtout vous trace le vrai chemin à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *