Lutte contre le tabac: «Si nos autorités veulent développer le pays avec les taxes liées au tabac, elles vont gouverner un peuple malade», dixit Salif Nikièma - Les échos du Faso
Accueil » Logtoré » Lutte contre le tabac: «Si nos autorités veulent développer le pays avec les taxes liées au tabac, elles vont gouverner un peuple malade», dixit Salif Nikièma

Lutte contre le tabac: «Si nos autorités veulent développer le pays avec les taxes liées au tabac, elles vont gouverner un peuple malade», dixit Salif Nikièma

A la veille de la célébration de la journée mondiale sans tabac qui se tient tous les 31 mai, l’ONG Afrique contre le tabac (Aconta) a convié les hommes de médias à une conférence de presse mercredi, pour leur faire le point des activités prévues au cours de cette journée.

Les Organisations de la société civile célèbre de concert avec le ministère de la santé, la journée mondiale sans tabac

Comme chaque année, le monde entier célèbre la Journée mondiale sans tabac. Placée sous le thème «Tabac et cardiopathies», cette journée est célébrée au Burkina par les organisations de la société civile antitabac de concert avec le ministère de la Santé.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, le tabagisme constitue la deuxième cause principale de maladie cardiovasculaire après l’hypertension artérielle. La consommation du tabac ainsi que l’exposition au tabagisme passif contribuent à raison d’environ 12% de tous les décès dus à une cardiopathie. Sur les 7 millions de victimes dans le monde, le Burkina Faso enregistre 4 800 morts par an.

A l’occasion de cette célébration, de nombreuses activités sont donc organisées par les OSC et le ministère de la Santé, pour sensibiliser les populations sur les dangers de la consommation du tabac. Parmi ces activités, on note des sorties de contrôle et de répression sur l’interdiction de fumer dans les bars, maquis, boîtes de nuit et dans les restaurants organisées conjointement par le Tribunal de grande instance, le ministère de la Santé et les OSC de lutte antitabac du 25 au 27 mai 2018. Elles ont permis, selon le coordonnateur de l’ONG Aconta, Salif Nikièma, de verbaliser plusieurs fumeurs pris sur le fait.

Salif Nikiema, coordonnateur de l’ONG Aconta

Egalement, des consultations gratuites au niveau de l’Unité de sevrage tabagique qui ont débuté le 28 mai et vont jusqu’au 3 juin 2018 ont été inscrites au programme. «Nous invitons tous les fumeurs qui veulent arrêter à se rendre à l’Unité pour avoir de l’aide», a indiqué Salif Nikièma.

Le défi qui reste à relever pour les OSC antitabac, c’est la position des messages sanitaires graphiques sur les paquets de cigarettes. «Nous avons interpellé plusieurs fois nos autorités, mais nous avons l’impression que nous ne sommes pas écoutés», a déploré M. Nikièma. L’entêtement de la Mabucig à ne pas respecter la loi contribue à augmenter le nombre de victimes chaque année. «Il faut la traquer ainsi que les autres compagnies de tabac et les faire plier», a-t-il soutenu. Pour lui, les autorités ont un choix. «Si elles veulent développer le pays avec les taxes liées au tabac, elles vont gouverner un peuple malade. Il y a un choix à faire: il faut protéger les plus vulnérables, à savoir les jeunes».

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *