Accueil » Défense-Sécurité » Lutte contre le terrorisme au Burkina: «Faisons un tir groupé, et Dieu va nous faciliter la tâche», plaide le ministre d’Etat Simon Compaoré

Lutte contre le terrorisme au Burkina: «Faisons un tir groupé, et Dieu va nous faciliter la tâche», plaide le ministre d’Etat Simon Compaoré

A la suite d’un conclave qu’il a eu avec les tenanciers de commerces et autres riverains de l’avenue Kwame N’Krumah, le ministre d’Etat, ministre en charge de la Sécurité, Simon Compaoré, a animé un point de presse. C’était dans la soirée du lundi 4 septembre 2017 à Ouagadougou.

Présidium, Simon Compaoré (milieu) face aux tenanciers de commerce sur l’avenue Kwame N’Krumah

A l’occasion, le ministre d’Etat était assisté du maire de la commune de Ouagadougou, Armand Béouindé et de chefs des services de sécurité. Lors du conclave, ils étaient face à une centaine de personnes, apparemment nationaux et expatriés. Ces personnes ont été, d’une manière ou d’une autre, éprouvées par les attaques terroristes perpétrées contre des établissements situés sur l’avenue Kwame Nkrumah le 15 janvier 2016 et le 13 août dernier.

Aux dires du ministre Simon Compaoré, ce conclave a été l’occasion de décliner à l’attention de ces personnes, de nouvelles mesures sécuritaires prises, mais aussi de les rassurer et de les inviter non seulement à faciliter mais surtout à contribuer activement à la mise en œuvre de ces nouvelles mesures dont les détails sont tenus pour concrets.

Le ministre d’Etat Simon Compaoré en concertation avec un des responsables de la sécurité

Le ministre de la Sécurité s’est contenté de dire que «Ces mesures peuvent être constatées de jour comme de nuit». Des «mesures pérennes» qui, selon lui, permettront de «minimiser beaucoup de risques» sur la plus belle avenue de Ouagadougou. Mieux, «la qualité de la sécurité va s’améliorer sur cette voie» dont les alentours sont érigés en un véritable centre d’affaires abritant de nombreuses banques. «Beaucoup d’améliorations seront apportées à cette avenue avec le patronage de la mairie de Ouagadougou. D’ici à décembre, des changements vont s’opérer sur cette avenue au grand bonheur des citoyens de notre ville et de tous ceux qui viennent de l’étranger», a annoncé le ministre Simon Compaoré qui a également martelé que «pour rien au monde, nous n’allons nous laisser faire» par des terroristes.

«L’action des terroristes, clame Simon Compaoré, nous allons nous y opposer. Et nous en avons les moyens, parce que les hommes sont là. Nos jeunes gendarmes et policiers sont là, ils sont formés; ils demandent à ce qu’on puisse leur faire confiance et que nous puissions petit à petit faire en sorte qu’ils puissent monter en puissance, du point de leurs équipements et de leur formation».

Bientôt, les responsables de la sécurité privée seront rencontrés

Les responsables des maisons en charge de la sécurité privée, annonce Simon Compaoré, seront eux aussi, rencontrés pour être enrichis en «quelques conseils par rapport à la formation de leurs agents» de sorte que ceux-ci puissent apporter leurs contributions aux efforts des forces de défense et de sécurité. En effet, précise Simon Compaoré, Kwame N’Krumah enregistre beaucoup de vigiles, «mais des vigiles dont le niveau laisse à désirer».

A en croire le ministre de la Sécurité, la rencontre ce 4 septembre a été «très fructueuse», car les «gens ont été informés sur les nouvelles mesures, ils ont bien apprécié; ils ont posé des questions», ils ont donné «d’autres idées» qui ont été «notées».

Déjà, le ministre d’Etat promet que «L’affluence va gagner en intensité, Dieu voulant, grâce à ce que nous allons faire, et grâce aussi à la contribution des riverains de cette voie».

«En dehors de Ouagadougou, il y a d’autres dispositifs» qui vont être déployés. C’est du moins, ce qu’a également annoncé le ministre de la Sécurité pour qui, le combat contre le terrorisme est «un combat juste; et parce que notre combat est juste, Dieu va donner le coup de pousse nécessaire». Tout en souhaitant que la compréhension des populations soit au rendez-vous partout, Simon Compaoré a laissé entendre: «Faisons un tir groupé, et Dieu va nous faciliter la tâche».

Paangui Parè

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *