Accueil » Déclarations-Communiqués » Lutte contre le terrorisme: de graves violations des droits humains constatées lors des opérations militaires menées par les forces armées du Mali  et du Burkina Faso selon Human Rights Watch

Lutte contre le terrorisme: de graves violations des droits humains constatées lors des opérations militaires menées par les forces armées du Mali  et du Burkina Faso selon Human Rights Watch

Les opérations militaires menées par les forces armées du Mali et du Burkina Faso afin de contrer la présence croissante de groupes armés islamistes dans le centre du Mali ont occasionné de graves violations des droits humains, a déclaré Human Rights Watch dans un nouveau rapport. Depuis la fin de 2016, les forces maliennes se sont livrées à des meurtres extrajudiciaires, à des disparitions forcées, à des actes de torture et à des arrestations arbitraires à l’encontre d’hommes accusés de soutenir les groupes armés islamistes, tandis qu’une opération effectuée en juin 2017 à travers la frontière par les forces burkinabées s’est soldée par la morts de deux suspects.

           Un convoi de militaires burkinabè

Human Rights Watch a documenté l’existence de trois fosses communes qui auraient contenu les cadavres d’au moins 14 hommes exécutés après avoir été détenus depuis décembre par des militaires maliens. À plusieurs reprises, les forces maliennes ont fait subir des brutalités, des brûlures et des menaces à des dizaines d’hommes accusés de soutenir les groupes armés islamistes. Human Rights Watch a également documenté 27 cas de disparition forcée, dans lesquels le gouvernement malien n’a fourni aucune information aux familles sur leurs proches qui avaient été arrêtés et dont elles étaient sans nouvelles.

«La logique perverse consistant à torturer, tuer ou ‘faire disparaître’ des personnes au nom de la sécurité alimente le cycle croissant de la violence et des abus au Mali», a déclaré Corinne Dufka, directrice adjointe de la division Afrique à Human Rights Watch. «Les gouvernements malien et burkinabé devraient contrôler les unités qui commettent des abus et poursuivre en justice les responsables.»

Birgit Schwarz

Senior Press Officer

Human Rights Watch/Johannesburg/South Africa

http://media.hrw.org

Un commentaire

  1. Ceux qui sont victimes des terroristes non pas de droit .n,embetez pas les gens l,onu attend qu,une seule personne tue 1000 personnes avant de faire face ont ne pas aussi bête que ça .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *