Accueil » Ca se passe à l'assemblée » Lutte contre le terrorisme: Il faut sanctionner les individus qui disent du n’importe quoi sur les FDS selon Alassane Bala Sakande

Lutte contre le terrorisme: Il faut sanctionner les individus qui disent du n’importe quoi sur les FDS selon Alassane Bala Sakande

S’exprimant à l’occasion de l’adoption de la loi portant prorogation de l’état d’urgence, le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, a invité le gouvernement à sonner la fin de la récréation en proposant une loi visant à durcir la règlementation en ce qui concerne la communication sur les actions des FDS.

Alassane Bala Sakande invite le gouvernement à prendre ses responsabilités

“Il faut sonner la fin de la récréation et permettre à nos FDS de travailler et de gérer leur communication comme il se doit”, a déclaré le président de l’Assemblée nationale. Il a, à cet effet, invité le gouvernement à prendre ses responsabilités en proposant une loi visant à durcir la réglementation concernant les actions des FDS sur les réseaux sociaux. “Prenez vos responsabilités, amenez des textes, nous allons les voter”, a-t-il martelé.

Il ne sert à rien, pour Alassane Bala Sakandé, de décréter l’état d’urgence si on permet à des gens de communiquer sur les actions des FDS et les laisser circuler comme si le pays n’est pas gouverné. “Il n’y a pas un citoyen au-dessus de l’autre. On ne peut pas permettre à des individus, quell que soit leur appartenance politique ou religieuse, de dire du n’importe quoi sur les FDS”, a souligné le président de l’Assemblée nationale qui a fait remarquer que le pays des Hommes intègres est en période de guerre. “Pourquoi permettre alors à n’importe qui de payer 100 F, 200 F de mégas pour balancer n’importe quoi sur les réseaux sociaux et on le laisse circuler. Il faut arrêter cela. Les gens vont parler, ils vont crier, ils n’ont qu’à dire ce qu’ils veulent, pourvu que nos FDS soient sains et saufs, pourvu que nous puissions protéger leurs vies”, a-t-il argué.

A ce niveau aussi, Alassane Bala Sakandé a noté que les responsabilités sont partagées entre les FDS et les civils. “Nous voyons souvent certaines images qu’un civil ne peut prendre et qui se retrouvent en seulement quelques minutes, quelques secondes après les faits sur les réseaux sociaux”, a-t-il fait constater. Là également, il a invité le Chef d’état-major général des armées à prendre aussi ses responsabilités. “S’il y a des brebis galeuses dans vos rangs, il faut les extirper”, a-t-il recommandé.

A l’entendre, ce qui différencie le civil des FDS c’est la tenue. “Ils veulent vivre comme nous, ils ont des parents, des enfants, des conjoints, des conjointes comme nous. Prenons nos responsabilités pour éviter que le découragement ne gagne le rang des Forces de défense et de sécurite”, a-t-il suggéré.

A propos de l’état d’urgence, le président de l’Assemblée nationale a noté que ce n’est pas le fait de voter la loi qui va régler les problèmes. “L’état d’urgence n’est pas une baguette magique pour mettre fin aux attaques terroristes. L’état d’urgence suppose qu’on donne des moyens aux FDS, à l’administration. S’il n’y a pas de moyens, mieux vaut qu’on laisse tomber cet état d’urgence”, a-t-il conclu.

Madina Belemviré

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *