Accueil » Nè Wendé » La maman de Norbert Zongo est morte au bon moment…

La maman de Norbert Zongo est morte au bon moment…

La maman de Norbert Zongo est décédée. La vieille Augustine Zongo née Nana est bien morte. Au bon moment. Elle est partie dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre. Au début du mois dans lequel son fils et ses compagnons ont été boucanées dans les environs de Sapouy il y a 19 ans. Nè Wendé!

Bien morte car elle est partie avec des messages pour Norbert. Elle va lui rapporter que depuis l’année de son décès, tout le mois de décembre est consacré à des manifestations pour réclamer justice et vérité pour lui par la jeunesse scolaire. Elle est partie le cœur léger. Nè Wendé!

Elle a enfin de bonnes nouvelles à porter à son fils: pour la première fois, François Compaoré a été inquiété dans l’affaire de son assassinat. Il a même passé une nuit dans un commissariat parisien. Actuellement, il est sous contrôle judiciaire. Et là, là, y a un seul cas pour François: il sera extradé. Nè Wendé

Il y a des signes qui l’annoncent: la visite d’Emmanuel Macron qui a dit que l’arrestation de François Compaoré, en soi, constituait un début de collaboration entre les justices française et burkinabè. La partie burkinabè ayant déjà déposé une demande d’extradition, en principe, il n’y aura pas d’opposition à cette requête. Nè Wendé!

Maintenant, il appartient à notre justice d’être professionnelle et de ne pas reproduire ses balbutiements de néophyte vus lors des derniers procès sur les crimes impunis du régime Compaoré et du coupe d’Etat. Ces cafouillages peuvent conduire tout simplement à un non-lieu. Chose qui peut avoir des suites très dommageables pour notre pays. Nè Wendé!

La vieille Augustine est bien partie aussi car elle est décédée tout juste après la cérémonie de baptême de l’université de Koudougou du nom de son fils. Elle a attendu donc de vivre ce moment avant de rendre son dernier soupir. Nè Wendé!

Ce sont tous ces facteurs troublants qui me font dire que François Compaoré sera bientôt livré à la justice burkinabè. Et après si, par extraordinaire, il venait à être acquitté, ce serait quand même justice rendue à Norbert Zongo et ses camarades car rien ne montrait que le ‘’petit président’’ allait un jour porter des menottes et répondre à des juges burkinabè. Nè Wendé!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *