Accueil » En face du miroir » Médias: un nouveau printemps de la presse

Médias: un nouveau printemps de la presse

Le Conseil supérieur de la communication (CSC) a organisé, le mardi 28 avril 2015, dans ses locaux, à Ouagadougou, une cérémonie de signature de conventions de concession de service public de radiodiffusion. Cette signature, qui concerne aussi bien des nouvelles conventions que des renouvellements qui profite à 46 entreprises de presse audiovisuelles, a connu la présence de plusieurs responsables d’organes de presse.

Echange de documents entre Nathalie Somé et Charlemagne Abissi
Echange de documents entre Nathalie Somé et Charlemagne Abissi

Cette signature de convention a concerné 6 radios commerciales, 20 radios associatives, 11 radios confessionnelles, 3 radios communales, 5 éditeurs de service télévisuel commercial et une chaîne de télévision diffusant en mode analogique. Si, pour certains promoteurs, il s’agit d’un prolongement de leur partenariat avec le Conseil supérieur de la communication, pour d’autres, il s’agit de fixer les bases d’un partenariat naissant à travers leurs premières autorisations. «Ces conventions définissent les règles de la concession, les obligations que vous aurez vis-à-vis du CSC et des auditeurs et téléspectateurs. En somme, en signant ces documents, vous vous engagez à être des médias au service de l’intérêt général et de la paix», a affirmé la présidente du CSC, Nathalie Somé.
Les promoteurs, quant à eux, se disent disposés à faire de leurs stations de radiodiffusion des pôles d’excellence où doivent se conjuguer de façon permanente la performance, le respect de la loi, de l’éthique et de la déontologie et un sens élevé de la responsabilité sociale. La situation politique nationale s’est invitée à la cérémonie qui, selon ses organisateurs, intervient dans un contexte particulier où le Burkina a amorcé un tournant historique de sa vie socio-politique devant aboutir à de nouvelles élections. «Compte tenu des enjeux de ces élections, on assiste dès aujourd’hui à une effervescence du climat socio-politique. En tant que ‘’relais des nouvelles’’ de la cité, votre responsabilité sociale en pareille circonstance se trouve décuplée. C’est pourquoi, je voudrais une fois de plus, vous rappeler la nécessité absolue du respect des principes de pluralisme et d’équilibre dans le traitement de l’information électorale pour une campagne apaisée», a dit la présidente du CSC. Celle-ci dit souhaiter que le traitement de l’information, en cette période particulièrement sensible, soit le plus professionnel possible, afin d’éviter que les médias ne soient la cause d’éventuels troubles à la paix sociale. Aussi, les règles d’éthique et de déontologie doivent-elles être scrupuleusement respectées dans les organes de presse.

Les patrons d’organes de presse à la cérémonie
Les patrons d’organes de presse à la cérémonie
Photo de famille à la fin de la cérémonie
Photo de famille à la fin de la cérémonie

Pour le représentant des promoteurs de médias, Charlemagne Abissi, par ailleurs, directeur général de la radio Savane FM, «ces documents, au-delà de constituer une preuve de l’existence légale de nos entreprises de presse, nous interpellent sur un certain nombre de choses, notamment le respect des textes régissant la communication, la contribution au service public de l’information, la contribution à l’éducation, au développement et à la promotion de la paix», a-t-il répondu. Pour lui, «la question des équipements se pose avec acuité dans nos organes. Sur ce point, nous avions obtenu au titre de la loi de finance 2015, des allègements sur les taxes douanières (…) Toutefois, nous souhaitons que les réductions obtenues sur les redevances de l’ARCEP et du BBDA s’étendent aux factures d’électricité de la SONABEL qui constituent pour nous, de lourdes charges susceptibles d’entraver le bon fonctionnement des radiodiffusions».
La présidente du CSC a signalé que conformément à la nouvelle législation, la durée de l’autorisation est passée de 5 à 10 ans pour tout service de radio ou de télévision.
Omar Compaoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *