Accueil » Logtoré » Médicaments essentiels: un projet pour renforcer les performances des Centrales d’achat

Médicaments essentiels: un projet pour renforcer les performances des Centrales d’achat

Le secrétaire général du ministère de la Santé, représentant le premier responsable du département, a procédé lundi au lancement du «Projet de renforcement des performances de 14 Centrales d’achats membres de l’Association africaine des centrales d’achats de médicaments essentiels (Acame) dans l’approvisionnement des produits de santé essentiels de qualité».

La cérémonie de lancement a été présidée par Robert Kargougou, SG du ministère de la Santé
La cérémonie de lancement a été présidée par Robert Kargougou,
SG du ministère de la Santé

«Améliorer les performances des centrales membres afin de rendre les médicaments essentiels de qualité disponibles et accessibles géographiquement et  financièrement». Tel est l’objectif visé par Acame qui ambitionne à travers le «Projet de renforcement des performances de 14 Centrales d’achats membres de Acame dans l’approvisionnement des produits de santé essentiels de qualité», poursuivre son accompagnement de 14 centrales membres dans leur démarche qualité.

Les participants venus de diverses pays
Les participants venus de diverses pays

Financé à hauteur de 633 millions de francs CFA par le gouvernement français à travers «l’Initiative 5% Sida, tuberculose, Paludisme», ce projet vient à point nommé selon le secrétaire général du ministère de la Santé, Robert Kargougou, parce qu’il va permettre de renforcer les capacités des Centrales d’achat pour qu’elles puissent rendre disponibles les médicaments sûrs et efficaces pour les populations.

Le Burkina Faso, a-t-il rappelé, est dans une mouvance d’aller vers l’assurance maladie universelle, puis vers la couverture sanitaire universelle. Ce projet dont la mise en œuvre est de 36 mois, est-il convaincu, va donc contribuer à renforcer les capacités de la Centrale d’achat des médicaments génériques (Cameg) pour qu’elle puisse disponibiliser davantage les médicaments.

Pour les trois prochaines années à venir, a confié le secrétaire permanent de l’Acame, par ailleurs directeur général de la Cameg, Charlemagne Youga, ces Centrales bénéficieront du soutien de l’Acame, en co-partenariat avec le CHMP qui apportera son expertise en matière d’assurance qualité.

Dr Charlemagne Youga, SP de l"Acame
Dr Charlemagne Youga, SP de l »Acame

Un projet que l’Organisation mondial de la santé (0MS) épouse complètement, à en croire la réaction de son représentant résident au Burkina Faso, le Docteur Alimata Nama J Diarra. Cadre de travail collaboratif, pour elle, ce projet permettra aux autorités d’améliorer la règlementation pharmaceutique et aux Centrales d’achat de médicaments essentiels, de construire une collaboration solide dans l’implémentation des normes pour un système d’approvisionnement résilient et de qualité.

Le médicament occupant une place essentielle dans le dispositif sanitaire, l’OMS, a-t-elle soutenu, ne peut qu’accompagner ce projet. «Nous allons soutenir le Burkina, mais aussi les autres centrales d’achats techniquement et financièrement», a-t-elle promis.

En rappel, créée en 1996 l’Acame regroupe aujourd’hui 22 membres repartis entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique centrale, l’Océan indien et le Maghreb. Quand à «l’initiative 5%-Sida, Tuberculose et Paludisme», elle se veut comme une réponse trouvée par la France pour apporter  un soutien spécifique aux pays francophones en matière de renforcement des systèmes de santé et d’appui aux populations en situation de vulnérabilité.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *