Menace terroriste à Ouaga: deux cas, deux réactions différentes - Les échos du Faso
Accueil » Mounafica » Menace terroriste à Ouaga: deux cas, deux réactions différentes

Menace terroriste à Ouaga: deux cas, deux réactions différentes

Il faudra apprendre à vivre avec la menace terroriste, a dit le président Roch Kaboré. C’est inquiétant, effrayant, malheureusement c’est la triste réalité. Le président du Faso ajoutait une invite des populations à faire corps avec les FDS pour sinon empêcher les attaques terroristes du moins les réduire à leur plus simple expression.

C’est dans ce cadre que des actions ont été entreprises pour une bonne collaboration entre les forces armées et les citoyens dans le sens de l’information partagée. Beaucoup de personnes ont été sensibilisées et, selon des sources proches des services de police et de la gendarmerie, la collaboration commence à prendre forme, les populations n’hésitent plus à dénoncer les cas suspects, les personnes suspectes de même.

Mais moi Mounafica j’ai ouï dire que deux cas de situations suspectes ont eu ici à Ouaga deux réactions différentes des populations. Le premier cas est l’information donnée aux services de police d’un homme qui était assis sur une moto et semblait dormir aux abords d’une voie de de circulation bien fréquentée à Ouaga. Il y est resté pendant un longtemps et cela a paru bizarre, surtout que l’homme, dans sa position assise, avait laissé entrevoir une arme à feu à sa ceinture. Des passants ont alors signalé la situation à la police qui est venue appréhender cet homme.

Le second cas est moins positif. En effet, les policiers, dans le cadre des contrôles de routine de la circulation, ont voulu intercepter un véhicule qui paraissait suspect. Le conducteur n’a pas obtempéré, alors s’engagea une course-poursuite jusqu’aux abords du camp Naaba Koom, plus connu sous le nom camp du RSP. C’est là-bas  que la police a pu l’arrêter.

Seulement voilà, des badauds sont venus en grand nombre et ont empêché les policiers de faire le contrôle normal. Or le coffre du véhicule était bourré de bidons vides d’eau Laafi et autres. C’est à la vue du nombre de plus en plus grandissant des badauds que les deux policiers ont cédé. Le suspect a ainsi pu se fondre dans la nature. Ça, c’est pas bien du tout.

Il faut que les uns et les autres sachent que la lutte contre le terrorisme et le grand banditisme est une affaire commune et donc laisser les FDS faire le travail. Comme on dit du côté de la lagune Ebrié, le couteau avec lequel tu as mangé le matin peut te couper le soir.

Mounafica, tout œil tout ouïe!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *