Accueil » Société » Mieux connaître le cyanure au Burkina: le cabinet HSE Consulting informe des acteurs sur son utilisation

Mieux connaître le cyanure au Burkina: le cabinet HSE Consulting informe des acteurs sur son utilisation

Le cabinet de Santé, sécurité au travail et environnement (HSE Consulting) en collaboration  avec le ministère des Mines et des Carrières  ainsi que les  partenaires qui interviennent dans la chaîne d’approvisionnement et d’utilisation  a, dans la matinée du jeudi 16 mai 2019, organisé à Ouagadougou, un atelier de formation et d’information sur le cyanure. Placé sous le thème «mieux connaître le cyanure et son utilisation», l’objectif de cette rencontre est de démystifier le cyanure et son utilisation.

Le présidium lors de l’ouverture de l’atelier sur le cyanure

Le Burkina Faso, à l’instar de plusieurs pays africains, est fortement soutenu par l’exploitation des ressources naturelles, notamment le secteur minier qui est en pleine croissance. Cependant, dans le procédé de traitement et d’extraction de l’or, des produits chimiques sont parfois utilisés. C’est le cas du cyanure, l’un des produits chimiques qui requièrent  des conditions de transport, stockage, manipulation particulières et dont un accident peut occasionner des désastres environnementaux et porter atteinte à la santé humaine. Mais, si au niveau des sociétés minières, le transport, le stockage et l’utilisation du cyanure s’effectuent dans des conditions contrôlées et conforment le plus souvent au Code International de Gestion de Cyanure, ce n’est pas le cas au niveau des sites d’orpaillages où les contrôles sont quasi-inexistants. Ce qui pourrait donc entraîner la dégradation de la qualité de l’environnement notamment de l’air, des eaux et des sols par conséquent de la santé humaine.

Une vue des participants

Le cyanure et son utilisation dans les mines industrielles et dans des sites d’orpaillages restent méconnus et donnent lieu à des stéréotypes. Le transport, le stockage et la gestion des emballages cyanurés obéissent à des conditions particulières. C’est fort de ce constat que le cabinet de Santé, sécurité au travail et environnement (HSE consulting) en collaboration  avec le ministère des Mines et des Carrières  a, dans la matinée du jeudi 16 mai 2019, organisé à Ouagadougou, un atelier de formation et d’information sur le cyanure et son utilisation. Cet atelier  a été l’occasion non seulement de faire connaître les conditions liées à l’importation du cyanure mais aussi de mieux informer les participants sur le produit, les risques associés et les situations d’urgence, mais surtout créer un cadre de rencontres des structures qui interviennent dans la chaîne d’achat jusqu’à l’utilisation du cyanure par les sites miniers.

Adama Savadogo, le directeur général de HSE Consulting

Placé sous le thème «mieux connaître le cyanure et les règles qui régissent son utilisation», l’objectif principal de cette rencontre, selon les organisateurs, est de démystifier le cyanure et son utilisation. «Cet atelier a été pensé afin de rassembler dans un même cadre les acteurs qui interviennent dans la chaîne d’approvisionnement et d’utilisation, afin d’échanger et s’informer sur ce produit» a laissé entendre Adama  Savadogo, le directeur général de HSE Consulting.

Une très belle initiative selon le ministère  des Mines et des Carrières représenté par  Lamourdia Thiombiano, son directeur du cabinet, et  «le HSE est à féliciter pour le thème audacieux choisi, qui est d’une pertinence certaine. Cet événement revêt de la plus haute importance aux yeux du ministère des Mines et Carrières en raison du sujet rapportant aux règles de gestions du produit chimique, en l’occurrence le cyanure»  a-t-il déclaré.

Souhaitant donc de bons résultats au sortir de cette rencontre d’échanges avec les acteurs qui interviennent dans la chaîne d’approvisionnement et d’utilisation, M. Thiombiano a réaffirmé le soutien du ministre qu’il représente à cette initiative.

Lamourdia Thiombiano, directeur du cabinet du ministre des Mines et des Carrières

Des sociétés de vente de cyanure jusqu’aux clients, en passant par l’Etat et ses démembrements qui encadrent le transport et l’utilisation du cyanure dans les mines, bref, tour à tour, les acteurs ont  expliqué leur rôle dans le processus. Une journée appréciée dans tous les sens des participants. Et ce n’est pas l’association des maires des communes qui abritent les mines qui diront le contraire, présente à cet atelier qualifié d’utile afin de comprendre comment le cyanure est transporté et  utilisé par les mines et les mesures prises pour éviter tout problème lié à ce produit.

Omar Idogo

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *