Accueil » Gouvernance - Développement » Ministère de la Culture: les agents dénoncent le non-respect des engagements pris par le gouvernement

Ministère de la Culture: les agents dénoncent le non-respect des engagements pris par le gouvernement

Le Syndicat national des travailleurs du ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (SYNATRACT) a dénoncé, jeudi, le non-respect des engagements pris par le gouvernement pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des agents.

Le présidium lors de la conférence

En juin 2017, le ministère de la Culture a été secoué par une série d’arrêt de travail du SYNATRACT qui exigeait la prise en compte de sa plateforme revendicative se déclinant en douze points. Après plusieurs jours de tractations, gouvernement et syndicat ont fini par aboutir à la signature d’un protocole d’accord. Ainsi, sur les 12 points de la plateforme, les deux camps se sont accordés sur dix points parmi lesquels figurent l’amélioration des conditions de vie des travailleurs, la construction de locaux convenables, l’augmentation du nombre de postes à pourvoir aux concours professionnels dans les emplois spécifiques de la culture et du tourisme qui sont passés de 5 à 10 postes…

Les deux points restants relatifs à la création d’un fond de motivation des agents et l’octroi d’une indemnité du code vestimentaire ont aussi connu un écho favorable. «Le Premier ministre, le ministre de la Fonction publique et celui de la Culture ont donné leur quitus et ces deux résolutions devraient connaître un dénouement au plus tard le 31 décembre», a révélé le SG du SYNATRACT, Mohamed Lamine Ouédraogo.

Le SG du SYNATRACT, Mohamed Lamine Ouédraogo

Malheureusement, a-t-il déploré, «après plusieurs mois de patience, c’est avec un regret que nous avons constaté que le dilatoire a pris le dessus sur ces deux résolutions». Malgré le fait que ces trois ministres ont marqué leur accord, le dossier coince toujours au ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID). «On ne comprend pas pourquoi», s’est indigné le SG du SYNATRACT.

Ayant suivi avec attention la proposition du président de mettre à plat tout ce qui concerne les salaires au niveau de la Fonction publique et d’avoir une approche globale, le SG de la Confédération syndicale du Burkina (CSB), dont le SYNATRACT est affilié, Guy Olivier Ouédraogo, a noté: «Notre accord a été signé bien avant la proposition du président. Nous pensons donc que notre plateforme qui a fait l’objet effectivement de cette signature d’accord doit être exécutée».

De ce fait, Guy Olivier Ouédraogo pense qu’il n’est pas possible d’attendre la proposition du Président. «Ce n’est pas faisable. S’il doit y avoir débat au mois de février, il faut nettoyer la maison pour pouvoir aller sur de bonnes bases», a-t-il martelé.

Privilégiant toujours le dialogue comme un moyen de résolution des problèmes, le SYNATRAC prenant l’opinion nationale à témoin, a prévenu que si rien n’est fait concrètement, il se donnera le droit de continuer la grève conformément au protocole du 12 juillet 2017.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *