Accueil » Economie-Finances » Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement: cinq points d’accords trouvés sur les 7 points de revendications

Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement: cinq points d’accords trouvés sur les 7 points de revendications

A la faveur du traditionnel point de presse du gouvernement, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, a annoncé mardi que cinq points de revendications sur les sept de la plateforme de la Coordination des syndicats du ministère de l’Economie et des Finances (CS-MINEFID), ont quasiment atteint des accords qui restent à être formalisés.

Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou

«Nous avons quasiment atteint des accords qui restent à être formalisés sur cinq points de la plateforme du CS-MINEFID», a dévoilé le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou.

Sur le premier point, à savoir la retenue à la source des cotisations syndicales sur le fonds commun, le gouvernement, renseigne le ministre de la Fonction publique Pr Séni Ouédraogo, a eu une négociation avec l’UAS pour alléger le mécanisme de prélèvement.

A propos du relogement des agents du MINEFID dans le bâtiment R plus 4, le ministre Ouédraogo a indiqué que des instructions ont été données à la DAF du MINEFID pour que des aménagements soient faits.

Pour le troisième point relatif à la suppression du carburant, des instructions ont été données, à entendre Séni Ouédraogo, pour qu’un arrêté soit adopté en concertation avec tous les partenaires.

Concernant les réformes envisagées, le gouvernement a réaffirmé son engagement, selon le ministre de la Fonction publique, à recueillir l’avis de toutes les parties prenantes.

Egalement à propos de la fin du contrat à Cotecna, le ministre Ouédraogo a signalé que le gouvernement a  notifié à ce jour la fin du contrat et élaboré un mécanisme interne au niveau de la Douane pour permettre un transfert de technologie.

Pr Séni Ouédraogo de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale

Quant au CCVA, le gouvernement s’est engagé à faire une évaluation à laquelle seront associés les partenaires sociaux pour faire un bilan en termes d’avantages et d’inconvénients.

Pour les deux points restants, un est en cours de négociation avec l’UAS selon Rémis Fulgance Dandjinou et l’autre, à savoir la question du statut sécurisant, sera mis sur la table de la conférence sur le système de rémunération des agents de la Fonction publique qui se tiendra du 12 au 14 juin 2018.

A propos de ce statut, le ministre de la Fonction publique a souligné qu’il est constitué de deux éléments. Un élément qui relève de tout un ensemble de droits et de règles applicables aux agents de la Fonction publique et un deuxième élément qui concerne les avantages en termes de rémunération.

Sur le premier point, Séni Ouédraogo a informé que dans la mise en œuvre de la loi 081, tous les corps de la Fonction publique auront un statut particulier dans sa dimension droit. Mais pour la partie relative aux avantages, rémunérations, indemnités, «il n’y aura plus d’approche sectorielle sur cette question. Il faut qu’on aille vers une approche globale qui vise à rechercher l’équité, la justice, la cohésion de notre Fonction publique», a-t-il dit tout en soulignant: «Nous sommes dans un régime indemnitaire des plus complexes. On retrouve des corps où les indemnités dépassent les salaires de 150%».

Foi du porte-parole du gouvernement, «il ne s’agit de mettre des acteurs en concurrence, il s’agit surtout de garder à l’esprit que le Budget doit servir au développement commun et que les revendications salariales, puissent-t-elles être justes, doivent tenir compte des réalités auxquelles nous travaillons».

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *