Accueil » Education-Enseignement-Recherche » Ministère de l’Enseignement supérieur: 115 bus pour mettre fin au calvaire des étudiants

Ministère de l’Enseignement supérieur: 115 bus pour mettre fin au calvaire des étudiants

Au cours d’une cérémonie vendredi, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation a mis à la disposition des universités et grandes écoles de formation professionnelle du Burkina Faso et de la Société de transport en commun (SOTRACO), 115 bus qui seront répartis entre les villes de Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Koudougou. Avec un coût total de plus de 10 milliards, cette remise rentre dans le cadre du projet d’acquisition de bus mis en place par le ministère.

Le ministre de l’Enseignement supérieur remettant symboliquement les clés des bus au PCA de la Sotraco

Ce sont au total 115 bus dont 75 cars de 35 et 22 places et 60 bus de 70 places que le  ministère de l’Enseignement supérieur a remis successivement aux universités et grandes écoles de formation professionnelle et à la Sotraco pour le transport des étudiants et des citadins. Cette remise rentre dans le cadre du projet d’acquisition de bus selon la coordonnatrice, Florence Guira.

La coupure du ruban pour marquer l’inauguration des infrastructures

En effet, la question de la mobilité des étudiants pose problème au Burkina Faso. C’est conscient de cette difficulté que le ministère de l’Enseignement supérieur a élaboré le projet d’acquisition de bus destinés aux universités et grandes écoles de formation professionnelle que sont l’ENAM, l’ENAREF, l’ENSP et le Centre de Matourkou.

D’un coût global estimé à plus de 10 milliards de francs CFA financé à hauteur de 9 milliards par l’INDE et la BIDS et par le Burkina Faso, le projet vise à améliorer la mobilité des étudiants de leurs zones de résidence vers les campus universitaires et à faciliter les voyages d’études. «Le projet a prévu l’acquisition de 135 bus. Aujourd’hui nous avons 115 et vingt sont en cours d’expédition», a noté Mme Guira qui a précisé que les gouvernements indien et burkinabè ont donné leur quitus pour augmenter le nombre de bus d’environ 130 grâce au reliquat de prêt de plus de deux milliards de F CFA.

Le projet a également enregistré la construction de trois garages et trois parkings dans les villes de Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Koudougou ainsi que l’arrivée de quatre conteneurs contenant 750 pneus, 12 moteurs complets et autres pièces de rechanges. Il a aussi permis de former neuf mécaniciens en Inde en vue d’assurer la maintenance des bus.

Une vue partielle des bus

Selon le ministre de l’Enseignement supérieur, AlKassoum Maïga, on ne peut pas former des cadres compétents à partir uniquement des connaissances théoriques. «La crise que nous connaissons aujourd’hui dans notre secteur est liée d’une part à une méconnaissance des réalités de notre pays. Ce projet va donc apporter de l’oxygène à l’enseignement supérieur», est-il convaincu.

Vu le nombre croissant des universités et des étudiants, le ministre Maïga a renseigné que la répartition des bus se fera en tenant compte des besoins nouveaux.

«On ne vous croyait pas, mais aujourd’hui c’est arrivé. Dites au président que l’on a reçu les bus», a déclaré le représentant des étudiants, Zakaria Nombré, qui a témoigné sa satisfaction en constatant l’effectivité de la promesse du gouvernement. A l’entendre, les étudiants étaient obligés de se lever à 4h du matin pour aller réserver une place à l’université et après les cours à 21h et ils devaient marcher de l’université pour rentrer chez eux. «Nous sommes heureux car nous pensons que le calvaire des étudiants va diminuer», a-t-il conclu.

Par ailleurs, il faut rappeler que la clôture du projet est prévue pour le 30 juin 2018.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *