Accueil » Gouvernance - Développement » Le ministre Eric Bougouma et son équipe technique à Yako suite à la promesse faite par le président du Faso à un auditeur

Le ministre Eric Bougouma et son équipe technique à Yako suite à la promesse faite par le président du Faso à un auditeur

Après avoir visité le pont…

Interpellé samedi dernier, lors de son passage sur les antennes de la radio Savane FM par un auditeur sur la dégradation du pont dans le village de Gomponssom près de Yako, le président du Faso avait promis d’envoyer Eric Bougouma sur les lieux. Chose dite, chose faite. Le jeudi 28 juin 2018, le ministère des Infrastructures, accompagné d’une forte équipe technique et du député Mathieu Ouédraogo, s’est rendu à Yako dans le Passoré.

…Le ministre et sa délégation se sont rendus compte que la préoccupation va au-delà parce que c’est toute la route qui n’est pas fonctionnelle

«Que comptez-vous faire face à l’état de dégradation du pont?», interrogeait un auditeur le président du Faso. Répondant à ce dernier, Roch Marc Christian Kaboré avait promis d’envoyer le ministre des Infrastructures pour faire l’état des lieux. Chose dite, chose faite.

Une vue partielle du pont

Accompagné de son équipe technique, Eric Bougouma s’est rendu effectivement à Yako. «Le président du Faso a donné des instructions claires. Il nous a demandé de venir faire l’état des lieux et aussi rassurer les populations et les usagers de cette route quant aux mesures que nous allons prendre», a-t-il révélé.

Après avoir visité le pont dans le village de Gomponssom, non loin de Yako, réalisé depuis 1985, commente M. Routes, «nous nous sommes rendus compte que la préoccupation va au-delà du pont défectueux parce que c’est toute la route qui n’est pas fonctionnelle».

Selon les populations de la localité, c’est la commune de Gomponssom qui sert toute la province en produits agricoles. Pourtant, la route qui relie les bananerais du barrage Oumarou Kanazoé et la ville de Yako est impraticable en saison d’hivernage. Toute chose qui rend difficile l’évacuation des produits agricoles issus de ce barrage. En plus de cela, les évacuations sanitaires restent aussi une des grandes difficultés que rencontrent les populations.

Hamidou Konkobo, celui-là même qui a interpellé le président du Faso

Au regard de l’ampleur des dégâts, Eric Bougouma a assuré qu’une équipe va se mettre au travail dès le départ de la délégation pour faire le schéma itinéraire. «Une équipe plus fine viendra pour faire une étude complète de cette route qui vaut vingt kilomètres et nous allons sélectionner une entreprise efficace et performante pour faire ce travail», a-t-il promis, soulignant que les ressources sont disponibles grâce au financement du Fonds routier.

Toutefois, même s’il a affiché cette ferme volonté de résoudre les préoccupations soulevées, il a quand même tenu à préciser qu’il va falloir aux populations et aux riverains patienter, parce que les travaux d’une route ne se font pas de façon instantanée. «Il faut un minimum d’études techniques pour que nous n’assistions pas à ce que nous avons constaté, c’est-à-dire des ouvrages qui s’effondrent».

Visiblement très ému par la présence de la délégation, Hamidou Konkobo, qui avait interpellé le président du Faso, lui a témoigné toute sa reconnaissance ainsi qu’à son gouvernement pour la promptitude dans leur réaction.

Des caniveaux ont aussi été prévus
Les travaux de réhabilitation de l’Avenue Naaba Abga avancent bien

Les travaux avancent bien sur l’avenue Larlé Naaba Abga

De retour de Componssom, Eric Bougouma s’est arrêté sur le chantier des travaux de réhabilitation de l’Avenue Larlé Naaba Abga qui va du rond-point du 2-Octobre jusqu’à la station Total de Kologh-Naaba. Débutés le 7 mai 2018 pour un délai d’exécution de quatre mois, les travaux sont à ce jour, selon le chef de projet de la mission de contrôle Hervé Kamalgo, à un taux d’avancement global de 50%. «Nous sommes très satisfaits car le travail qui est fait va au-delà de ce que nous attendions pour le prix que nous y avions mis», s’est réjoui Eric Bougouma. A l’entendre, le travail qui a été réalisé s’est fait dans le respect des règles de l’art et va garantir une durabilité plus grande. «Nous allons profiter faire un réaménagement du rond-point du 2-Octobre pour donner un peu plus d’espace aux usagers», a-t-il déclaré, tout en saluant l’efficacité de la mission de contrôle KKM avec l’entreprise Globex.

En plus de cela, les caniveaux sont en cours de confection pour que le drainage des eaux se fasse convenablement. «Nous achevons cette sortie aujourd’hui sur une note de très grande satisfaction», a-t-il conclu.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *