Accueil » Coopération-Diplomatie » Mise en œuvre des décisions du TAC: 262,4 milliards de F CFA pour la réhabilitation et la modernisation du chemin de fer Abidjan-Kaya

Mise en œuvre des décisions du TAC: 262,4 milliards de F CFA pour la réhabilitation et la modernisation du chemin de fer Abidjan-Kaya

Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire a abrité, ce lundi 04 décembre 2017, la cérémonie de lancement des travaux de réhabilitation et de modernisation du chemin de fer Abidjan-Kaya qui se chiffrent à 262,4 milliards de FCFA.

Co-présidée par les ministres ivoirien et burkinabè en charge des Transports, respectivement, Messieurs Amadou Koné et Souleymane Soulama, en présence de leurs collègues Ally Coulibaly de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur et Amédé Koffi Kouakou des Infrastructures Économiques, la cérémonie s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des décisions issues du dernier Sommet du Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) entre la République de Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.

Étaient présents, les représentants de la Mission diplomatique et consulaire du Burkina Faso, les représentants du Groupe BOLLORE en charge des travaux de réhabilitation et de modernisation du chemin de fer, les responsables de SITARAIL Côte d’Ivoire et de SITARAIL Burkina Faso.

Le ministre Soulama descendant d’un engin

D’un coût financier de 262,4 milliards de F CFA, la première phase des investissements s’étale sur quatre ans (2018-2021), et va concerner cinq types de travaux. Il s’agit du renouvellement de la plateforme et de la superstructure ferroviaire; de la modernisation des ouvrages d’art et ouvrages hydrauliques; de la restauration des gares et des ateliers de maintenance; de l’assainissement des zones inondables, gares et voies stratégiques; et enfin, de la sécurisation des passages à niveau.

Il est attendu, à la fin des travaux, le maintien et le développement optimal des services des transports de marchandises et des voyageurs, soit, cinq millions de tonnes de marchandises par an, et un million de voyageurs par an. Enfin, il est prévu le transport du minerai de manganèse en provenance de la mine de Tambao du Burkina Faso. La vitesse du parcours entre Abidjan et Ouagadougou passera de 40 km/h à 120 km/h après les travaux de réhabilitation et de modernisation.

Issouf ZABSONRE

Attaché de presse

Ambassade du Burkina

Côte d’Ivoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *