Accueil » Nè Wendé » Mobilité à Ouaga: je vais m’acheter une cabine de remorque

Mobilité à Ouaga: je vais m’acheter une cabine de remorque

A peine arrivé au ministère des Transports que le ministre Dabilgou veut s’attaquer aux problèmes qui freinent notre mobilité urbaine et réduire toutes ces nuisances odorantes qui polluent notre air. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est ce que j’ai retenu du compte rendu d’une rencontre qu’il a eue avec le maire Béouindé. Nè Wendé!

Donc, ils disent vouloir trouver ensemble comment améliorer le trafic routier et réduire la pollution de l’air dans la ville de Ouagadougou. Parce que, ‘’à l’hère-là’’, y a trop de pagaille, de laisser-aller et de foutaises dans cette cité. Nè Wendé!

Je ne suis ni ministre ni maire mais je veux ajouter ma bouche dans ce combat-là car il s’agit bien d’un combat pareil à la lutte contre le terrorisme. Chacun doit apporter sa petite contribution donc. Nè Wendé!

D’abord, moi je vais conseiller aux autorités de faire respecter par chacun le domaine public. Le ‘’six mètres’’ n’est pas fait pour que des gens exposent leurs richesses ou leurs misères. Si tu as tellement de limousines qu’elles ne peuvent pas rentrer dans ton garage, débrouille-toi mais tu ne dois pas empêcher les uns et les autres d’aller et venir tranquillos. Nè Wendé!

Il y a les vendeurs ou, plus exactement, les vendeuses de bois et les dolotières qui entassent le bois de chauffe dans les ‘’six mètres’’ de sorte que pour passer, il faut être un vrai pilote. Nè Wendé!

Que dire de tous ces soi-disant bâtisseurs à la petite semaine qui croient que déposer ses agrégats sur la voie publique, c’est montrer qu’on est grand! Ailleurs où on est grand, on construit des gratte-ciels sans pourrir la vie aux autres. On s’arrange pour que tout se passe dans son domaine. Nè Wendé!

Là où je mets à l’index le maire lui-même, c’est quand il autorise des quidams à occuper des avenues pour faire manger des cocôs lors de leurs mariages ou baptêmes. Je le dis parce que ce sont des barrières de la mairie ou de la Police municipale qui sont utilisées. De quoi vont vivre ceux qui ont des lieux dédiés à ce genre de manifs et qui pourraient payer plus de taxes et d’impôts si le business marche? Nè Wendé!

Là où j’ai des furoncles partout, c’est lorsque je vois une grosse fumé monter dans le ciel comme si le volcan le plus grand était en train de cracher ses cendres au-dessus de Ouaga. Alors que c’est un maltype du genre mi-citadin mi broussard qui a allumé des pneus pour extraire des fils de fer pour rafistoler des tapettes éculées. Il faut localiser ces sites, chopper les ‘’pyromanes’’ et leur faire regretter d’être venus à la capitale. Tout le monde n’est pas obligé de vivre à Ouaga. Nè Wendé!

Si des voies étaient identifiées pour instituer des sens uniques à faire respecter absolument, si on faisait respecter les heures de circulation à une certaine catégorie de véhicules et si chacun avait des bribes du Code Rousseau dans la tête, on pourrait avoir un début de solution à la mobilité à Ouaga. Nè Wendé!

Ce que je me suis promis de m’offrir quand j’aurais assez d’argent pour m’offrir une guimbarde, c’est d’acheter une cabine de camion remorque. Tant pis pour les impolis. Je vais leur marcher dessus. Nè Wendé!

Un commentaire

  1. Merci pour ce tour d’horizon. Ce qui me dérange de plus ce sont ces commerçants qui louent des boutiques mais qui entreposent tout le contenu sur les voies sous le fallacieux prétexte qu’il  » cherchent à donner à leur bouches ». Ouaga étouffe.
    Si seulement les autorités communales pouvaient déblayer tous ces messieurs des abords des rues il y aura plus de clarté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *