Accueil » Education-Enseignement-Recherche » Mouvement d’humeur: le Syndicat national des professionnels de l’éducation préscolaire en grève de 48h

Mouvement d’humeur: le Syndicat national des professionnels de l’éducation préscolaire en grève de 48h

Le Syndicat national des professionnels de l’éducation préscolaire (SYNAPEP) a entamé ce mercredi 15 février 2017, une grève de 48h à compter du 15 au 16 février pour exiger la satisfaction de sa plateforme minimale.

Le présidium du Synapep lors de la rencontre
Le présidium lors de la rencontre

Le SYNAPEP a dénoncé mercredi certaines mesures prises au niveau du ministère de l’Enseignement national et de l’Alphabétisation (MENA) et qui n’entendent pas de son avis favoriser véritablement le développement de l’éducation préscolaire et la promotion de ses acteurs. «Nous dénonçons l’élaboration de l’organigramme qui  a consacré la suppression de la direction technique en charge du préscolaire, ce qui ne permet pas de développer le domaine du préscolaire», a déclaré le secrétaire général du SYNAPEP, Bonaventure Belem, qui a précisé qu’à ce jour, aucun agent issu des rangs des personnels n’occupe une place décisionnelle. «Bien au contraire, dans les sphères de décision, d’autres professionnels parlent à leur place et à la place des professionnels du préscolaire», s’est-il indigné.

Bonaventure Belem, SG du SYNAPEP
Bonaventure Belem, SG du SYNAPEP

En plus de cela, le SG du SYNAPEP a affirmé que les projets de promotion de l’éducation préscolaire du MENA tendent à dénaturer voire dévaloriser l’éducation préscolaire. En témoigne de son avis, les stratégies en cours de développement qui sont essentiellement la création de sections préscolaires dans les salles vacantes au sein des écoles primaires. Stratégies qui n’est pas appréciées par le SYNAPEP qui estime que la spécificité de l’éducation préscolaire et la vulnérabilité des enfants dont l’âge est compris entre 3 et 6 ans commandent que les autorités du MENA prennent au sérieux la question de la définition d’une politique claire et cohérente de développement de l’éducation préscolaire.

Le personnel est sorti nombreux pour manifester
Le personnel est sorti nombreux pour manifester

C’est au regard de ces problèmes et plus encore, que le SYNAPEP a décidé de manifester son mécontentement à travers cette grève de 48h  pour exiger la satisfaction de sa plateforme minimale. Il s’agit entre autres du traitement diligent d’un examen professionnel à travers la relecture des textes régissant les emplois des personnels de l’éducation préscolaire, la création d’une direction centrale propre à l’éducation préscolaire et des services spécifiques dans toutes les directions déconcentrées du MENA et leur occupation effective par les professionnels de l’éducation préscolaire, l’octroi de moyens suffisants aux encadreurs pédagogiques du préscolaire pour le suivi, la supervision et le contrôle des structures d’éducation préscolaire publiques et privées…

Si à l’issue de ces 48h, rien n’est fait, le SYNAPEP a été clair. «On va se retrouver au niveau du bureau national pour proposer d’autres actions en vue de voir l’aboutissement et la satisfaction de notre plateforme revendicative».

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *