Accueil » Politique » Municipales du 28 mai à l’arrondissement 4 de Ouagadougou: à la rencontre de candidats

Municipales du 28 mai à l’arrondissement 4 de Ouagadougou: à la rencontre de candidats

L’arrondissement 4 de la commune de Ouagadougou vit, depuis le 13 mai, au rythme d’une campagne électorale dans la perspective de la reprise d’élections municipales le 28 mai. A quelques heures des opérations de vote, nous sommes allés à la rencontre de deux candidats. Il s’agit de Bonkoungou Anatole de l’ODT (Organisation pour la démocratie et le travail), et de Bambara Fatim de la NAFA (Nouvelle alliance du Faso). Qui sont-ils en termes de parcours politique? Comment mènent-ils leur campagne électorale? Que peut-on attendre d’eux, s’ils accédaient à la tête de l’exécutif local? Ces questions leur ont été posées. Et de leurs éléments de réponse, voici ce qu’on peut retenir.

Bonkoungou Anatole, candidat de l'ODT
Bonkoungou Anatole, candidat de l’ODT

Bonkoungou Anatole: candidat par devoir vis-à-vis des populations de l’arrondissement 4

Ancien délégué administratif du secteur 25 (actuel arrondissement 4) – sous la période révolutionnaire instaurée en 1983 – devenu conseiller municipal, ensuite 1er adjoint au maire, puis éphémère maire par deux fois, le député Bonkoungou Anatole est de nouveau en lice pour le scrutin du 28 mai. Et ce, «parce que j’estime que j’ai pris des engagements avec une population que je connais bien et qui me connait bien également. C’est un devoir pour moi de repartir vers cette population pour travailler à l’amélioration de ses conditions de vie», confie-t-il.

Pour ce faire, en plus d’un meeting, des rencontres avec notamment les jeunes et les femmes des différents secteurs de l’arrondissement 4 servent – dans le cadre de la campagne en cours – de stratégies de conquête de l’électorat. Dans l’attente des retombées de ces stratégies, l’ancien maire dit avoir comme atouts auprès de l’électorat, notamment l’expérience pour avoir déjà dirigé la mairie convoitée, l’élan d’instauration de l’unité entre fils et filles de l’arrondissement, l’appui multiforme aux associations de femmes, le fait d’avoir permis à 450 jeunes de disposer d’un permis de conduire.

«Je dois impacter positivement mon passage», tel est l’engagement qu’il prend vis-à-vis de lui-même par rapport à la gestion de la mairie de l’arrondissement 4 durant les cinq prochaines années. Mais en quoi faisant? En procédant, promet-t-il, par le renforcement de l’unité des fils et filles de l’arrondissement, l’ouverture de grands chantiers concernant l’assainissement, l’éducation, la santé, le foncier à confier à «des hommes de probité», la question d’emploi des jeunes.

En attendant, le candidat Bonkoungou Anatole dit, non seulement «exhorter à voter utile le 28 mai en votant massivement l’ODT qui ne regorge que de candidats d’expérience, et non des candidats à la solde de certains autres politiciens», mais aussi inviter ses adversaires politiques à mener une campagne exempte d’injures, de délation, de mensonges qui «ne sauraient être un programme politique».

Mme Bambara Fatim, candidate de la NAFA
Mme Bambara Fatim, candidate de la NAFA

Mme Bambara Fatim: la candidate de la transparence

Au niveau du secteur 18 de Ouagadougou (situé dans l’arrondissement 4), c’est Mme Bambara Fatim qui est en tête de la liste de huit candidats sous bannière NAFA. La candidate malheureuse de mai 2016 rebelote ainsi avec de grands espoirs: être élue conseillère municipale; mieux, maire de l’arrondissement 4 de la commune de Ouagadougou.

La jeune politicienne et très jeune militante de la NAFA brandit la «transparence, l’engagement aux côtés des femmes et de la jeunesse» dont elle a toujours su faire montre, comme atouts à même de rapporter gros en termes de voix le 28 mai.

Outre ces atouts, Mme Bambara ne dort pas sur ses lauriers en cette période de campagne électorale. Elle multiplie les rencontres avec les femmes et les jeunes du secteur 18. Chez elle, la chasse à l’électorat se fait électroniquement aussi. En effet, elle s’est entourée de jeunes dont Hervé Sawadoggo, qui ont créé des groupesWhatsApp qu’ils animent dans le sens d’exposer au mieux le programme politique de la candidate pour qui, le moment est venu d’imposer le repos à la «vieille classe politique» de l’arrondissement 4 en les combattant dans les urnes.

Paangui Parè

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *