Accueil » Main courante » NAHOURI Commune de Pô: une benne chargée de sable écrase une voiture

NAHOURI Commune de Pô: une benne chargée de sable écrase une voiture

La fin de semaine a été une période douloureuse dans la commune de Pô. Trois accidents ont eu lieu avec à la clef une perte en vie humaine. Un accident s’est déroulé dans la ville, le second sur la route de Tiébélé et le troisième à l’entrée du Ghana. C’est ce dernier qui a endeuillé la population avec la mort d’un jeune homme.

Le camion sur la RAV4

Dans les environs de 19 heures, le vendredi 29 juin 2018, une benne transportant du sable en stationnement au bord de la nationale 5 a brusquement commencé à rouler. Selon les témoins, le conducteur et ses apprentis ont arrêté leur véhicule afin de se restaurer. Subitement, le camion bien plein a commencé à bouger.

Les boutiquiers et autres habitants assis au bord de la route ont constaté que le véhicule ne suivait plus la route. Un ralentisseur a dévié son chemin et celui-ci s’est dirigé vers une boutique. Un trou a encore changé la direction du camion qui a heurté un tricycle, avant de terminer sa course sur la RAV4 d’un gendarme de la Compagnie de Pô.

Le camion fou a heurté un triporteur avant de renverser la voiture

Sur une distance de près de 100 mètres, ce camion-remorque benne a causé des dégâts à l’insu de son chauffeur. Un constat a été fait par la gendarmerie. Le lendemain samedi, une seconde benne est venue transvaser son contenu et le camion conduit à la gendarmerie pour la suite de la procédure.

Quelques instants après, nous avons appris qu’un camion venant de Guelwongo a terminé sa course dans le décor les roues en l’air. Heureusement, les occupants s’en sont bien sortis. Le dernier cas d’accident a eu lieu à l’entrée du Ghana. Deux camions, l’un en provenance du Ghana et l’autre du Burkina, effectuaient un croisement. Le conducteur burkinabè, sentant la collision, aurait sauré de son véhicule. Malheureusement, il s’est retrouvé sur l’itinéraire de l’autre qui l’a écrasé.

Ce jeune homme, bien connu à Pô et affectueusement appelé Maguembo, s’en est allé laissant une femme et des enfants désormais orphelins.

Jean AOUE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *