Accueil » Mounafica » Nassoumbou: ce qui n’a pas été dit…

Nassoumbou: ce qui n’a pas été dit…

A la suite de l’attaque ignoble perpétrée contre le groupe anti-terroriste burkinabè basé à Nassoumbou et qui a vu le Faso perdre 12 de ses fils, les antennes de Mounafica qui ont balayé la zone d’attaque ont capté des choses qui démontrent à souhait que les soldats ont vaillamment défendu leur position. Avec à l’esprit l’aspect asymétrique de la guerre contre le terrorisme, on n’est jamais à l’abri d’une surprise, même si on est vigilant comme un Sioux.

Le président du Faso sur les lieux de l'attaque
Le président du Faso sur les lieux de l’attaque

Les hommes, en cette nuit tragique, étaient sur leurs gardes toute la nuit durant. Et à leur grande surprise, les assaillants ont attaqué au petit matin avec des roquettes tirées depuis des véhicules pick-up. Le camp s’est réorganisé pour la riposte et c’est là que ces hommes qui ne sont plus de ce monde ont démontré tout leur savoir-faire. Un des soldats gravement blessé a néanmoins rampé pour monter sur le véhicule léger blindé et à envoyer des rafales sur les assaillants.

Un autre, bien que blessé, est resté au sol pour tenir tête aux assaillants. Un des chefs, après avoir défendu bec et ongles ce qui restait du camp après les nombreuses roquettes, a été surpris par deux assaillants qui l’ont conduit vers un arbre pour l’exécuter. Dieu ne dormant pas, quand ils l’ont mis en joue, le téléphone d’un des tueurs a sonné, certainement un coup de fil des commanditaires-chefs de l’attaque. Il a décroché et, au même moment, le téléphone du second a sonné aussi. Donc, les tueurs ont tourné dos pour répondre avant de venir exécuter le soldat burkinabè. Mal leur en pris, le brave soldat s’est échappé et c’était la course poursuite. ils n’ont pas pu attraper le Burkinabè car il a pu se camoufler pour rejoindre Djibo. Il reste un témoin vivant de cette attaque lâche qui est loin de démontrer que l’armée burkinabè est une armoire que n’importe qui peut ouvrir et refermer à sa guise.

Mounafica, tout œil tout ouïe!

7 commentaires

  1. Ce témoignage me laisse pétrifié par l’information fantaisiste que le ministre de la sécurité a fourni au peuple, si réellement cela se confirme.

  2. merci pour l’info j’étais à 90% sur que ces terroriste ne pouvait exécuter nos braves soldats sans résistance ni survivant. la riposte sera fatale pour eux et j ‘en suis sur. Que Dieu bénisse le Faso

  3. TOI SAFIATOU LOPEZ,TU ETAIT OU AU MOMMENT DE L’ATTAQUE? TU AS DIS QUOI AVANT L’ATTAQUE? TU SAIT,QUAND ON A RIEN A DIRE ON FERME LA GUELE.PARCE QUE TOUS LE MONDE S’EN FOUS.POINT BARRE.

  4. Telephone qui sonne et soldat qui s’enfuit…? FDS fables!

  5. donc la meme personne a appelé 2 terroristes en meme temps pour avoir des nouvelles..? Vous etes sérieux..? Après les USA et les Français qui trouvent des pieces d’identités qui résistent à 2000 degrés (comme pour le WTC) voila des terroristes qui vont avec le téléphone en poche..demain ils iront avec des casse-croutes peut-etre on ne sait jamais

    • il faut savoir que même lors de l’attaque sur kwamé n’krumah ,bassam et à bamako,les terroristes ont utilisé des portables,c’est une guerre asymétrique il ne faut pas l’oublier…bonne année à tous

  6. eh mon frère Nayaismayila,il faut de la décence face à la mort de nos braves soldats,fable ?ou légende,la vérité sur la resistance farouche des fds du faso commence à sortir,les assaillants reconnaissent avoir perdu des hommes et beaucoup.quand tu tues ton chien méchant la chèvre d’autrui va te mordre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *