Accueil » Politique » Nouveau gouvernement: les conséquences en cas de fusion ou d’éclatement de certains ministères

Nouveau gouvernement: les conséquences en cas de fusion ou d’éclatement de certains ministères

Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a présenté sa démission et celle de son gouvernement au président du Faso le 18 janvier 2019. Dans l’attente du nouveau premier ministre, les propositions de noms circulaient. C’est le 21 janvier 2019 que le président du Faso a nommé Christophe Dabiré au poste de Premier ministre, déjouant du coup tous les pronostics. On attend donc la composition du nouveau gouvernement. Des fusions ou éclatements de certains ministères ne sont pas à exclure. Toute chose qui contribuerait à ralentir le fonctionnement des nouveaux ministères.

le nouveau Premier ministre du Burkina Faso

Quelle sera la nouvelle configuration du prochain gouvernement? Y-aura-t-il des fusions ou des éclatements de certains ministères? Personne n’ose tenter un pronostic, au vue du choix du Premier ministre, Christophe Dabiré que personne n’a vu venir.

Si le nouveau gouvernement consacre la fusion ou l’éclatement de certains ministères, il faut se référer au décret N°2010/PRES/PM/MEF/MFPRE du 31 décembre 2010, portant gestion des ressources humaines, du patrimoine et des crédits budgétaires en cas de fusion, scission ou de suppression de ministères.

Le décret informe qu’en cas de scission de ministère, le directeur général du Budget est chargé d’arrêter, à titre conservatoire, l’exécution des opérations sur le Circuit informatisé de la dépense (CID), le logiciel qui permet l’exécution du budget. Ce logiciel est paramétré par ministère. Même un simple changement de dénomination oblige les responsables dudit ministère à effectuer la mise à jour dans le logiciel avant d’avoir accès à leur budget.

Pour une scission, l’ancien budget est divisé entre les nouveaux ministères après un arbitrage du ministère en charge du Budget. En cas de fusion, les anciens budgets sont fusionnés tout simplement pour en faire un seul. La répartition des agents et du matériel des ministères se fait de la même manière. Connaissant notre administration avec ses lenteurs, toute cette gymnastique peut prendre un peu de temps avant que la machine ne prenne la route.

Il aurait donc fallu que le remaniement intervienne en fin d’année. A l’heure actuelle, on aurait fini avec la paperasse pour passer aux choses sérieuses.

A. T.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *