Accueil » Politique » Nouvelle alliance du Faso: «le PNDES, copie mal collée de la SCADD, n’a pas produit de résultats attendus par notre peuple»

Nouvelle alliance du Faso: «le PNDES, copie mal collée de la SCADD, n’a pas produit de résultats attendus par notre peuple»

Le bureau exécutif de la Nouvelle alliance du Faso (NAFA), parti de l’opposition politique burkinabè fondé par Djibrill Bassolé, a animé un point de presse ce mercredi 26 septembre 2018 à son siège à Ouagadougou. Face à la presse, la NAFA a dénoncé la «terreur» du régime actuel, avec une gouvernance caractérisée par une politisation de l’administration publique, le népotisme et la corruption à «ciel ouvert» et une justice aux ordres qui s’est donnée pour rôle d’étouffer toute voix discordante. Et dans la même lancée de l’opposition, le parti a appelé ses militants à une mobilisation massive pour la marche-meeting du 29 septembre prochain pour ramener ce régime sur une bonne gouvernance de notre pays.

Le présidium lors de la conférence de presse au siège de la NAFA à Ouagadougou

«Fonçant tête baissée et sans aucune vision, le pouvoir du MPP a fini de montrer qu’il n’a plus de solution pour le Burkina Faso», a affirmé la Nouvelle alliance du Faso. Pour le parti, au mépris de la souffrance des populations, ce qui préoccupe le pouvoir actuel le plus est de se faire réélire en 2020. «On apprend d’ailleurs que leur budget de l’éventuelle campagne 2020 serait déjà bouclé», a révélé Mamoudou Dicko, président de la NAFA, tout en dénonçant «une gouvernance caractérisée par une politisation de l’administration publique, le népotisme et la corruption à ciel ouvert».

Pour le moment poursuit le président Dicko, le PNDES, copie mal collée de la SCADD, n’a pas produit les résultats attendus par notre peuple. Car «notre tissu économique s’effondre de jour en jour et nos opérateurs économiques sont déboussolés», a-t-il affirmé.

Aussi, le parti estime que plutôt que de remettre en cause leur politique sécuritaire et leur incapacité à trouver des solutions idoines, le régime du MPP s’est lancé dans «une opération mensongère et éhontée en s’en prenant à l’opposition politique malgré les déclarations tonitruantes d’un certain ministre de la Défense, qui envisageait terroriser les terroristes, or les terroristes continuent de terroriser».

Les journalistes présents à la conférence de presse de la NAFA

Pour le cas du code électoral, la loi en vigueur permet aux Burkinabè de l’étranger de s’enrôler pour une élection (referendum ou élection présidentielle) en utilisant la Carte nationale d’identité burkinabè (CNIB), la carte consulaire ou le passeport. Mais le projet de loi modificative tout en supprimant la carte d’électeur supprime la Carte consulaire pour ne reconnaître que la CNIB et le passeport comme documents d’identité et de vote pour tout Burkinabè vivant tant à l’intérieur du pays qu’à l’étranger. Sur la question, la NAFA pense que c’est «une magouille du pouvoir actuel pour se faire réélire en 2020».

A propos de la récente déclaration du président de la CENI, Newton Ahmed Barry, face aux hommes des médias, la NAFA se demande «pourquoi il était tout seul, sans les autres commissaires? Cela prouve qu’il gère seul», ont conclu les conférenciers.

Quant au procès du putsch censé faire éclater la vérité, la NAFA estime au contraire qu’il est «devenu une tribune où, apparemment, il y a vice de procédures et de possibles faux et usage de faux», en ce qui concerne le cas du Général Bassolé.

Par ailleurs, c’est dans l’intérêt supérieur de la nation que la NAFA se dit engagée aux côtés de l’opposition politique et des forces vives de la nation en vue de sauver notre patrie. Avant de terminer, la NAFA a invité donc tous ses militants à sortir massivement pour la marche-meeting des forces vives de la nation le 29 septembre prochain.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *