Accueil » Nuit du communicateur: donner du galon aux Galian

Nuit du communicateur: donner du galon aux Galian

Le vendredi 9 juin 2017, la salle des banquets de Ouaga 2000 a accueilli la 20ème édition de la Nuit du communicateur symbolisée par la remise des prix Galian aux journalistes primés. Chériff Sy, le Haut-représentant du président du Faso, patron d’honneur, a présidé la cérémonie à laquelle on notait la présence de nombreux membres du gouvernement. Les prix Galian ont été institués sous le ministère de Mahamoudou Ouédraogo pour inciter les journalistes à être excellents dans leur travail au quotidien. Au début, des confrères ont critiqué le fait que ce soit les confrères qui déposent leurs candidatures au lieu que ce soit une sélection indépendante. Mais, pour un début, c’était déjà ça de gagné.

Les lauréats posent avec les autorités. Le président de la CENI (1er en costume sur la photo) est un pionnier des prix (ph fasozine)
Les lauréats posent avec les autorités. Le président de la CENI (1er en costume sur la photo) est un pionnier des prix (ph fasozine)

Mais à 20 ans aujourd’hui, la manif a atteint un âge majeur. Il faut donc quitter les récompenses de complaisance pour s’engager résolument vers l’excellence au quotidien. C’est très facile, et c’est souvent le cas, de se faire aider à bien la présenter une œuvre et remporter un prix. Ça, c’est bon mais ce n’est pas arrivé.

Il faut donc dépasser l’ère des dépôts et arriver à une sélection plus sérieuse des œuvres. Elles doivent être triées pour leur qualité par un jury comme cela se fait ailleurs.

Si cela est fait, il faut également regarder la nature des récompenses. En 1997, elles étaient plus significatives que maintenant. L’Etat ne peut plus tout assurer et la participation de partenaires est la bienvenue. Elle doit même être essentielle dans l’organisation de la manifestation.

C’est pourquoi, les partenariats ne doivent pas être noués au rabais, que les organisateurs ne se contentent pas de gadgets comme récompenses. Il faut un peu plus de professionnalisme dans la tenue des Galian. A défaut d’être une institution, elle ne doit pas non plus être une soirée d’agapes couronnée par la distribution de bibelots. Un Galianné ne doit plus galérer comme ses confrères, être dans l’angoisse de l’attente des résultats. Il doit sortir de sa situation du moment pour être un modèle professionnel et social dans la confrérie. On doit sentir qu’il a eu un plus, qu’il a eu un prix Galian tout simplement.

Hidogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *