Accueil » Lu, vu, entendu » Il n’y a pas de djihadistes, il n’y a que des terroristes!

Il n’y a pas de djihadistes, il n’y a que des terroristes!

FDS engagés dans la lutte contre le terrorisme

Le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), au début de ses attaques au Mali, parlait de djihad (guerre sainte). On pouvait alors qualifier les attaques de djihadistes puisque l’idée était de mettre tout le septentrion du pays sous la coupe réglée d’un Etat islamique. Mais au fur et à mesure que les combats se poursuivaient que des groupes aux objectifs inavouables et inavoués se sont mis dans la danse pour se livrer à des trafics en tout genre. En ce qui concerne le Burkina Faso, des bandits de grand chemin se sont également incrustés dans la brèche ouverte par Malam Dicko pour spolier les braves populations. Peut-être aussi que des forces obscurantistes en profitent pour déstabiliser le pouvoir. Tout est possible, puisque, rarement, les attaques ont été revendiquées.

Dans ces conditions, dire attaques djihadistes pour parler de ce qui arrive au Burkina Faso, c’est faire la propagande de ces trafiquants de tout poil qui nous terrorisent. Ils tuent les musulmans aussi bien que les catholiques et les animistes. Quel intérêt ces ‘’impies’’ ont à vouloir mener un djihad au Sud du Burkina, dans la région de Pô, par exemple? Quel intérêt de prétendus djihadistes ont à vouloir endoctriner les peuples du Sud-Ouest (Sud-Ouest et Cascades)? Donc, certaines attaques visent, on a la faiblesse de le croire, à mettre le pouvoir en difficultés.

Malheureusement, beaucoup de Burkinabè ne le comprennent pas ou feignent de ne pas le comprendre, en acculant le pouvoir de tous les péchés et en soutenant des choses qui peuvent saper le moral des combattants. Lorsqu’un soldat tombe, victime de ces terroristes, l’info est vite et abondamment relayée sur la toile. Mais quand un important groupe de terroristes est neutralisé, ces mêmes relais rangent leurs mains dans les poches ou sous le pagne pour ne pas avoir à relayer ce haut fait de guerre. Ou alors, ils trainent le pas avant de le faire dans une déclaration laconique.

Il est illusoire pour ces activistes à double vitesse de penser qu’un changement de pouvoir va mettre fin à ces attaques puisque les intérêts des chiens qui écument le Faso sont divergents. Ceux qui attaquent le pays pour tenter de le déstabiliser peuvent arrêter mais pas les trafiquants et les gangsters!

Les Burkinabè doivent faire bloc autour des autorités pour venir à bout de ces coupe-jarrets car c’est une gangrène qui s’installe. Nous devons magnifier ces hauts faits au lieu de seriner des critiques qui montrent plutôt notre méchanceté que notre volonté de voir s’améliorer les choses.

Adoua Kassiro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *