Accueil » L’impertinent » Et si on révisait le calendrier scolaire?

Et si on révisait le calendrier scolaire?

Les débuts des mois de décembre sont perturbés par des manifestations de scolaires

Au Burkina Faso, les années scolaires se suivent et se ressemblent: les deux premières semaines du mois de décembre sont perdues. Depuis que le journaliste Norbert Zongo a été assassiné le 13 décembre 2018 vers Sapouy, depuis qu’une balle assassine a ôté la vie à l’élève Flavien Nébié le 6 décembre 2000 à Boussé lors d’une manifestation exigeant justement que la lumière soit faite sur l’assassinat de Norbert et ses trois compagnons, une série de protestations sont menées par les scolaires du Burkina, plus précisément ceux de Ouagadougou. Les cours sont troublés dans les établissements scolaires publics et privés par des hordes de perturbateurs motorisés qui sillonnent la ville. Manifestant ou pas, tout le monde est embarqué dans le même bateau des cours perturbés.

C’est vrai que les troubles ont surtout lieu à Ouagadougou et dans une moindre mesure dans d’autres villes du pays. Des élèves turbulents en profitent pour imposer des jours perdus aux autres. Le gouvernement étant incapable d’assurer la tranquillité dans les établissements qui souhaitent maintenir le rythme normal du calendrier, n’est-ce pas judicieux de réaménager le calendrier pour tenir compte de cette donne?!

Dans ce cas, le pays reviendrait à un calendrier jadis expérimenté et qui fixait la rentrée scolaire au 15 septembre et la date des vacances au 30 juin. Le problème serait la tenue concomitante des examens scolaires avec les autres pays de l’UEMOA. Mais en réalité, en procédant de la sorte, il n’y aurait pas de grand dommage puisque c’est le bac seul qui serait concerné; et les deux semaines de débordement en juillet sont compensées par les deux semaines pris en début décembre.

On aurait donc la rentrée scolaire le 15 septembre, les congés du premier trimestre du 1er au 15 décembre. Le 25 et le 1er janvier étant fériés, les élèves prendraient congés ces jours. Et lorsque justice sera faite pour Norbert Zongo et Flavien Nébié, on reviendrait au calendrier normal.

Dans tous les cas, je ne suis pas un spécialiste mais on peut se demander ce que les spécialistes font pour soustraire l’avenir des enfants des griffes de prédateurs qui ne cherchent qu’à ‘’sécher’’ des cours.

L’Impertinent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *