Accueil » Société » Opération d’achat des déchets plastiques: le collectif de collectes et de commercialisation demande la reprise du projet

Opération d’achat des déchets plastiques: le collectif de collectes et de commercialisation demande la reprise du projet

Le Collectif des associations de collectes et de commercialisation des déchets plastiques, a animé une conférence de presse ce vendredi 27 février 2015 à Ouagadougou pour porter à la connaissance de l’opinion publique la suspension de l’opération d’achat de déchets plastiques que le ministère de l’Environnement a lancée.

Déchets Une vue partielle des déchets plastiques stocké dans un espace à Ouaga 2000
Déchets Une vue partielle des déchets plastiques stocké dans un espace à Ouaga 2000

«Porter à la connaissance de l’opinion publique la situation déplorable que vivent certains burkinabè», c’est l’objectif visé par le Collectif des associations de collectes et de commercialisation de déchets plastiques à travers la conférence de presse de ce vendredi 27 février. Selon les animatrices, les sachets plastiques non biodégradables ont été tenus pour responsables de la mort de 30% du cheptel au Burkina Faso par le ministère en charge de l’Environnement. Ce qui a incité le Burkina à adopter une loi interdisant ces matières non biodégradables. Et pour lutter contre ce phénomène qui s’est déjà installé, le ministère en charge de l’Environnement a initié un projet de traitement et de valorisation des déchets plastiques dont le lancement a eu lieu le 17 mai 2014 à Dori.
Au cours de ce lancement, poursuit le collectif, l’ancien ministre de l’Environnement, Salif Ouédraogo, avait indiqué que le gouvernement allait mettre en place un projet pilote de 3 800 000 000 de francs CFA sur trois ans, afin de collecter les déchets plastiques à travers le pays et de les recycler dans des unités qui seront créées à Ouagadougou et dans d’autres villes. «Le kilo de sachets a été fixé à 125 francs CFA selon qu’ils sont sales ou propres», a dévoilé les conférenciers. Mais de l’avis du collectif, ce projet, qui constitue un emploi vert pour les populations et qui débarrasse le pays des déchets envahissants, est mis en berne depuis peu par le gouvernement. «Depuis décembre 2014, le gouvernement a cessé de reprendre les stocks de déchets plastiques collectés et achetés à coût de millions aux mains des collecteurs que nous sommes», ont-ils déploré avant de préciser: «C’est plus de 3 000 tonnes de déchets plastiques qui sont stockés sur nos différents sites, estimés à plus de 375 millions de francs CFA. Il faut dire qu’en tant que grossistes, nous préfinançons la pré-collecte et cet investissement est de l’ordre de 300 millions de francs CFA».

La plupart des bénéficiaires sont des femmes qui scolarisent leurs enfants avec l'argent qu'elles gagnent avec la collecte.
La plupart des bénéficiaires sont des femmes qui scolarisent leurs enfants avec l’argent qu’elles gagnent avec la collecte.

Pour le président de l’Association professionnelle de valorisation de déchets plastiques (APEVA), Yacouba Belemviré, avant le 23 décembre, le gouvernement leur avait assuré qu’après les fêtes, le projet allait reprendre, «c’est ce qui a motivé davantage les gens à collecter», a-t-il fait remarquer.
Face à cette situation, le collectif demande au gouvernement de la Transition de prendre ses responsabilités car, il y va de la survie de nombreuses familles burkinabè. «Nous demandons simplement que le gouvernement honore son engagement, celui de racheter les déchets plastiques collectés», a souligné Yacouba Bélemviré, avant de prévenir que si toutefois rien n’est fait pour satisfaire cette attente, ils se verront dans l’obligation de passer à d’autres formes de revendications.
Par ailleurs, en vue de trouver une solution, le collectif a souligné qu’il a eu une approche avec le ministre de l’Environnement le 3 février 2015, qui dit avoir écrit au gouvernement. Ensuite, toujours selon lui, il a introduit une demande d’audience auprès du ministre de l’Economie et des Finances et du Premier ministère le même 3 février et attend toujours les réponses.
Madina Belemviré

Un commentaire

  1. Recueillir la matière plastique utilisée, est un travail difficile, mais il est très facile à faire, mais alors que faire?
    Si vous ne l’appelez un technicien qui vous apprend comment ça marche, pour construire le «système, de faire une bonne production, vous avez recueilli, le plastique sans résultat.
    Mais il est la même chose, quand recyclé mauvaise plastique, quand vous allez à vendre, je vais remettre en question la qualité et ne payez pas, vous avez travaillé pour rien.s’il vous plaît écrivez-moi, je répondrai bien volontiers, me demander, ce que vous pouvez être utile et je vais vous répondre et vous donner toutes les réponses et des conseils, je suis maintenant plus de 25 ans, travaillant dans le bâtiment, machines pour le recyclage du plastiques
    Marco Bertuccelli Suisse marcolega71@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *