Accueil » Edito » Oui aux causes justes, non au chantage!

Oui aux causes justes, non au chantage!

Il est temps que les syndicats, surtout ceux des Finances, arrêtent de faire chanter la république. Mêmes si les agents collectent les ressources pour le budget de l’Etat, ils ne sont pas plus indispensables que les autres fonctionnaires. Chacun exécute une mission spécifique qui concoure au fonctionnement de l’Etat. Attention donc à ne pas exagérer car les bornes ont même été dépassées avec cette histoire de fonds commun qui surplombe la masse salariale.

Des responsables du SYNAFI, membre de la Coordination, lors d’une conférence de presse

L’accord entre le gouvernement et les syndicats de l’Economie et des Finances avait été gardé secret car, comme on en doutait, les termes étaient amoraux. Mais par le truchement de la question du député Ousséni Tamboura le vendredi dernier à la ministre de tutelle, tout a fini par se savoir.

La presse doit d’ailleurs en tirer les leçons car si c’est pour ‘’pleurer leur misère’’, ces syndicats se tournent vers les médias. Mais lorsqu’ils obtiennent satisfaction, au lieu de porter l’information à la connaissance du public, ils la gardent jalousement et la cachent même à l’opinion et menacent quiconque osera divulguer ce ‘’secret’’. Le chantage a assez duré. Peut-être que les leaders de ces syndicats ne savent pas que, pour moins que ça, plus de 3 000 enseignants du primaire ont été licenciés de la Fonction publique.

En toute responsabilité, le pouvoir du Conseil national de la révolution avait congédié ces premiers maillons de la chaîne de l’instruction des futures élites du pays. Ce fut un épisode douloureux mais il faut que ces gens qui se disent responsables le sachent. Le gouvernement doit refuser le chantage, ce braconnage syndical. Oui aux luttes justes, oui aux causes justes, non au chantage syndical!

La circulaire de la coordination des syndicats

Les agents de ce ministère ne méritent pas mieux que ceux qui produisent la richesse pour que eux ils collectent l’impôt. L’Etat est redevable à tous les Burkinabè à travers les infrastructures et des services de qualité. Donc, on ne prendra pas toutes les ressources du pays pour payer de beurre pour engraisser des gens qui sont déjà bien payés pour faire leur boulot. Oui à la motivation mais elle ne doit pas être un objet de chantage. Cette motivation ne doit pas dépasser le principal, c’est-à-dire la rémunération. Et même que dans cette motivation, il y a des gens encore plus motivés que d’autres! C’est impensable!

Le gouvernement doit avoir la main ferme lors des prochaines manœuvres. Le pays et ses richesses n’appartiennent pas à la ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, ils n’appartiennent pas aux syndicats de l’Economie et des Finances, ils appartiennent à tous les Burkinabè, même à ceux de la diaspora, en passant par le paysan du hameau de culture, le technicien de surface et le travailleur du privé.

Les Echos du Faso

5 commentaires

  1. Espérons que cette fois ci les autorités auront la poigne nécessaire. S’ils lancent une grève, procédez au licenciement de tous les responsables syndicaux et de 200 d’entre eux parmi les plus anciens. Déjà il faut qu’ils sachent une chose : si le FC est maintenu dans les conditions actuelles, les autres agents de la Fonction publique auront le droit légitime d’en réclamer aussi. Certains d’entre eux ont arrêté à l’UO parce qu’ils n’avaient pas la moyenne pour aller au 3è cycle. Aujourd’hui c’est eux qui touchent plus que ceux qui leur ont donné le savoir, et même plus que les magistrats que les gens fustigeaient à tord finalement.
    Que le gouvernement remette tout ça à plat et leur propose un 13è mois en décembre. Ceux qui refusent peuvent aller chercher du travail ailleurs puisqu’ils sont très compétents. Et celui qui part à la maison avec une clé de bureau ou un code, on envoie la gendarmerie ou la police le chercher afin qu’il vienne assister à l’audit avant la passation. Point barre.

  2. La spécialité des burkinabè, c’est la jalousie noire et maladive. Ce que veulent les burkinabè, c’est que tout le monde soit misérable. C’est honteux qu’un ministre qu’on dit un des meilleurs ministres de l’UEMOA vienne devant une Assemblée Nationale pour brandir des miettes et q’un Président de l’Assemblée, comme dans une scène de théâtre, comme un Jean Missié KANKAN lui dise de tout dire…
    Mais tout dire commence par ce que gagnent les membres du gouvernement et les fonds que certains ont à l’extérieur, les caisses noires de certaines institutions… Mr le Président de l’AN, avant de dire à madame de tout dire, dites nous d’abord le montant de votre caisse noire qui est sécrète avant de tout dire sur le misérable FC. Moi j’ai honte quand on dit qu’un cadre A du MINEFID gagne 6 millions de francs CFA par mois, excusez mois, c’est par an. Et WENDE, 6 millions pendant 12 mois, c’est l’argent de poche de certains ministres ou de leurs enfants pendant quelques jours.
    Ceux qui trouvent que c’est beaucoup, ils n’ont qu’à organiser leur grève et dire au gouvernement de leur donner 100 millions de francs CFA dans l’année, en ce moment, moi je vais dire BASTA, c’est mieux que les maigreurs du MINEFID.
    Madame MINEFID et monsieur le Président de l’AN, avez déjà exercé comme agent de catégorie A du MINEFID et pendant combien d’années? Moi je trouve que c’est insulter un cadre de catégorie A du MINEFID pour dire qu’il gagne 6 millions par an.
    Combien gagnait un cadre A en 1960, en 1975; en 1980, en 1990, en 1995, en 2000, en 2005, en 2010, en 2015, puis maintenant pendant la période 2016 à 2018?
    Si vous faites les calculs, salaires comme FC, vous verrez que le Gouvernement nous doit des milliards et non 6 pauvres millions.
    Pourquoi l’homme noir a le coeur noir?Pourquoi l’homme noir est maudit comme le dit Laurent BADO? C’est l’homme noir qui s’est maudit lui même. Le burkinabè ne veut pas évolué, il refuse d’évoluer, comme l’a écrit un écrivain africain, l’Afrique refuse le développent.
    Un Président disait que si tu vois un burkinabè sur un vélo, le jour où il aura une moto, les gens vont commencé à faire le QWAKATO, la médisance, la jalousie noire, au lieu d’aller chercher une voiture ou un avion. Le burkinabè n’a pas changé sur ce point. C’est quoi la différence entre un noir et un blanc?
    Le blanc s’en fout de ce que son voisin gagne, il lutte pour lui même, pour son bien-être.
    L’africain, le noir, le burkinabè, c’est le contraire du blanc, il veut savoir ce que gagne son voisin pour le dénigrer, pour le nuire, pour l’éliminer, pour le tuer…. Il n’est pas content quand l’autre est bien. il faut que tout le monde soit misérable, misérable, misérable….
    J’ai été écœuré qu’un ministre, au lieu de défendre ses agents, aille les livrer en pature au public comme le ferai un bourreau qui livre une innocente personne à un lion affamé dans un zoo. Le comble, c’est que comme dans une pièce de théatre, le Président de l’assemblée lui dit de tout dire… Dire quoi? Les misères des gens ? les misères des agents de la catégorie A du MINEFID? Le FC n’est pas une invention ou une trouvaille de la fonction publique du BURKINA.
    Ceux qui ont voyagé à travers le monde et dans la sous-région, savent que quand on parle de FC de 1960 à 2018, les burkinabés ne sont pas les mieux lotis, bien au contraire, le FC de 6 millions c’est l’argent de poche, pas les frais de mission de certaines personnes en mission à l’extérieur.
    Ceux qui ne sont pas content, organisez votre grève et demandez au gouvernement 100 millions de FC par an et moi je vous applaudirai. Je dirai, au moins voici des gens courageux et ambitieux… Mais si on jette à la pâture les 6 millions de FC des agents de CATÉGORIE A du MINEFID et les gens s’excitent comme des clitoris, je regrette, pour moi, le ministre et le Président de l’assemblée sont tombés très très bas…. Savez vous ce qu’est un agent de catégorie A? Est ce que c’est un chiffon? Est ce que c’est un quidam? Est ce que c’est un misérable? Est ce que c’est un moins que rien? Vous parlez d’une autre catégorie ou de la même catégorie que moi je connais? Si nous sommes sur les mêmes longueur d’ondes, il faut poser balle à terre. Je dis et redis que 6 millions par an pour un agent de catégorie A qui récemment avait moins de 200 mille francs par mois, c’est LA MISÈRE au sens propre comme au sens figuré. Les burkinabè sont des gens consciencieux et travailleurs: DE GAULE ou LAMIZANA l’ont tous dit.
    Thomas SANKARA qui avait un programme économique que même les bien n’ont pas réussi à déchiffrer, n’a jamais remis en cause le FC. Vous voulez (ministre et Président de l’AN) liquider le FC? Faites le si c’est pour votre plaisir…. vous reviendrez restauré le FC en plein midi ici au BURKINA. WAIT AND SEE….

  3. Ceux qui parlent de licencier les agents grévistes sont des nostalgiques de l’État d’exception.
    Ils ne sont pas au courant que depuis 1991, le Burkina a pris un autre virage qu’on dit la DÉMOCRATIE.
    Dans une démocratie , il y a des règles de droit et la grève est reconnue par la loi (Constitution ou Statut de la Fonction Publique).
    Il y a combien de travailleurs qui ont grévé depuis 2015?
    Vous avez vu qu’on a licencié qui?
    Maintenant que les agents du MINEFID veulent exercer leurs droits normale de grève, les nostalgiques de l’État d’exception sont paniqués, les hiboux aux regards gluants sont apeurés, les tortues à double carapace son affolés, les fonctionnaires brouettes sont désemparés, ceux qui changent de partis politiques comme ils changent de vestes sont déboussolés. Ils n’ont pas tords. Parce que 48 heures de grève du MINEFID, c’est des milliards en jeux, ce n’est pas une histoire de 6 millions par an en jeux. La vie est un combat , c’est un rapport de force…. Il y a des syndicats qui sont permanents en grève, le gouvernement est au courant , mais ne dit rien. Il y a des fonctionnaires qui sont rares dans leur bureau, mais on ne voit rien. Thomas SANKARA a dit que seule la lutte paye. Pourquoi vous ne voulez pas que les agents du MINEFID luttent pour améliorer leurs conditions de vie? Ce sont des burkinabè à part? ou-bien vous êtes jaloux des 6 millions de maigres FC qu’ils gagnent par AN, c’est même pas par mois… Au début , moi je croyais que c’est 6 millions par mois, mais on m’a dit que c’est 6 millions par AN, dans 12 mois.
    DIEU est venu nous voir travailler et il adit qu’il a pitié de nous….Abattre un tel travail pour un maigre salaire (un perdiem comme le dira quelqu’un) et un FC ridicule, ça ne mérite même pas le nom de FC, c’est un amuse gueule. Je vais aider madame le Ministre et le Président de l’Assemblée à faire les bons calculs: 6.000.000/365=16 438 francs CFA par jour. Prenons un salaire moyen de 200 000 francs CFA par moi, ça fait 200 000/30=6 666 francs CFA par jour. Cela fait un total de 16 438+6 666=23 104 francs en 2017 et en 2018. Pour les années antérieures, le Fc tournait autour de 3 millions par an, c’est ridicule de faire le calcul. En 2004, un agent de catégorie A touchait autour de 158 000 francs par mois. laisons les chiffres et parlons d’un agent de catégorie A.
    C’est un agent de la dernière catégorie de la fonction publique ordinaire. En terme de diplôme, il a au moins l’équivalent de BAC+4+2=BAC +6 ans au moins de formation.
    Mais madame le Ministre e monsieur le Président de l’AN, vous avez oublié de parler ou d’exhiber les recettes collectée chaque année par les agents du MINEFID. C’est en moyenne et au moins 1000 milliards par an. Mobilisé plus de 1000 milliards par an et on vous donne un salaire moyen de 200 mille(par mois) et un FC entre 1 et 6 millions par an.
    Madame le Ministre, monsieur le Président de l’AN et Mrs les membres du gouvernement, vous connaissez le nombre d’agents du MINEFID morts dans l’exercice de leur fonction et dont les familles vivent dans la misère la plus noire? Vous connaissez le nombre d’agents du MINEFID, menacés ou agressés dans l’exercice de leur fonction? Madame le ministre et le Président de l’AN, vous voyez tous les jours les agents du MINEFID debout pour venir travailler, mais leurs conditions de vie ne sont pas meilleures. Elles sont peut être bonnes, mais il est normal qu’ils réclament de meilleure conditions de vie et de travail. Moi j’ai vu des unités fonctionner 11 mois sans carburant, avec des véhicules sur cale, qui vous laches en pleine brousse, à la merci des fraudeurs, des équipes traquer des fraudeurs avec des armes qui ne percutent pas, avec des minutions périmées….
    ALORS, avant de condamner, avant de jeter des agents consciencieux à la pâture, reconnaissez qu’ils travaillent et méritent respect et non humiliation.
    Vous m’avez trop déçu madame le Ministre avec cette sortie à l’AN, mais je sais que vous rêviez d’une occasion pour  » soumacher » les agents du MINEFID qui sont du coup devenus vos ennemis au lieu d’être des collaborateurs. Vous voulez les livrer aux OSC, aux fraudeurs et aux commerçants véreux qui attendent la moindre occasion pour exécuter des fraudes planifiées…
    ON NE MONTRE JAMAIS SA PATRIE AVEC SA MAIN GAUCHE….

  4. Jean Gabriel Yaméogo

    Voilà! « Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse! » La cupidité des syndicats du ministère de l’économie et des finances aura eu raison de leur lutte « tube digestiviste » pour reprendre l’expression de feu Professeur Issa Tiendrébéogo. En plus, d’être du foutage de gueule pour les fonctionnaires des autres ministères, non moins méritants, le moment est vraiment mal choisi pour des causes mercantiles.

    En effet, le pays n’a pas encore fini de panser ses plaies, suite aux attaques barbares des serpents à sonnettes, que tels des vautours voraces et insatiables, ces messieurs/dames se fondent sur les corps encore sanguinolents des victimes pour des réclamations stupides et éhontées. Maintenant que leur ministre a lâché le morceau, les voilà gros comme jean, honteux tels des enfants pris la main dans la confiture.

    Je pense que le glas est sonné pour ces syndicats fantoches qui ne pensent pas aux intérêts supérieurs de la nation mais veulent tirer toute la couverture sur eux seuls, même en temps de guerre. A la moindre incartade, c’est à coups de fouets bien tissés que le peuple mettra ces apatrides hors d’état de nuire.

    Trop, c’est trop!

  5. Bonjour
    Je suis d’accord avec Figo et Jean Yameogo.
    Il est temps d’arrêter ce FC, argent des pénalités, des autres taxes et impôts que nous payons et que se partagent quelques agents. En fait, nous travaillons et payons de l’argent pour un petit groupe et quelques ministres privilégiés et leurs protégés. C’est comme si tout un village ( de 200 familles ) payait du céréale, des animaux comme redevance, taxes à leur chef qui à son tour distribuait tout cela aux membres d’une seule famille et leurs assimilés. Est ce normal et équitable?
    Si tout le monde le comprenait et le savait, cette injustice avait pris fin depuis longtemps. Mme la ministre, M. le président de l’AN, M. le premier ministre, Syndicats responsables prenez vous responsabilités et supprimez ce FC une bonne fois pour toute. Aidez M. Rock KABORE pour qu’il aide tous les burkinabè. Sa position de chercheur d’électeurs le handicape trop souvent.
    Si vous ne rendez pas justice, en rendant service, par la suppression de tous les fonds communs, en commençant par vous,Mme la ministre des finances que je respecte pour votre courage, vous sentirez tout le peuple se dresser contre vous et notre gouvernement . Prenez votre courage à deux mains, supprimez aussi les FC des autres ministres, DG et autres responsables d’institution et leurs protégés d’abord. Si cela est fait, les autres agents des finances et leur avocat, le syndicat, se plieront ou bien démissionneront. Proposez leur un 13ème mois/an et une prime de rendement/mois, mentionnés sur le bulletin de paie. Que ceux qui ne veulent pas démissionnent tout simplement. Des jeunes diplômés et compétents sans emploi attendent impatiemment. Trop c’est trop. Quand des caïmans en viennent à dépasser les limites de la rivière pour aller dévorer ou vouloir dévorer le mouton de fétiche de tout un village ou le mouton de tabaski du grand Iman du village ou le sac à eucharisties de monseigneur, c’est que leur fin est proche. Supprimez ces FC, mais tous et à tous les niveaux et proposez des motivations raisonnables et il n’y aura rien.
    Tout le monde est utile à la nation: de l’ouvrier au paysan, en passant par l’agent de liaison, le chauffeur, le ministre.
    Devons-nous continuer à attendre l’argent du contribuables des pays des PTF alors que l’argent du contribuable burkinabè, au lieu d’être utilisé pour les efforts de construction de la nation, est distribué entre moins de 200 personnes qui se disent plus utiles ?Non, rebelottons.
    Si vous agissez , les populations, les autres fonctionnaires voire certains syndicats responsables et crédibles sortiront marcher au coté du gouvernement pour vous soutenir. Redistribuez les biens du pays, de façon équitable à tous les burkinabè. Tout bon changement est douloureux mais salvateur à la fin. Mme la ministre, M. le président de l’AN, M. le premier ministre, Syndicats responsables, avez-vous déjà vu un bébé qu’on a sevré qui n’a pas pleuré, qui n’a pas dérangé tout le monde et qui n’a pas maigri?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *