Accueil » Lu, vu, entendu » PENSEE «Ne courbons point le front devant les coups du sort», dixit Bassolma Bazié

PENSEE «Ne courbons point le front devant les coups du sort», dixit Bassolma Bazié

La vie est un mouvement sinueux, une succession d’événements: heureux et douloureux, faciles et difficiles, silencieux et bouillants, constructeurs et ravageurs, revigorants et terrifiants… Malgré tout, y faire face avec courage, espoir et confiance en soi est un devoir, en sachant bien sûr dompter l’émotion et/ou la douleur.

Bassolma Bazié, SG de la CGT-B

En effet, le courage, l’espoir et la confiance en soi sont les prémisses puissantes d’un fondement conduisant à la voie de la réussite pour un Homme, encore plus pour une Nation, et cela quelle que soit l’intensité des vagues!

Une Nation, tel un arbre, les individus sont les feuilles qui se renouvellent chaque année, qu’il nourrit de sa sève et qui contribuent, pendant qu’elles vivent, à l’entretenir. Nous sommes tous ces feuilles de cet arbre et tomberons inexorablement les unes après les autres; nos traces qui y resteront seront nos œuvres: heureuses ou malheureuses, dignes ou indignes, révoltantes ou pacificatrices, attractives ou répugnantes… Mais l’arbre survivra et poussera continuellement d’autres feuilles, indépendamment de nos émotions et/ou douleurs.

Donc, dompter nos émotions et douleurs est plus qu’un devoir, en vue de faire face au mieux à nos engagements vis-à-vis de nos devanciers et de nos martyrs avec fidélité, dignité et intégrité dans l’unité. Parce qu’un engagement est une dette sociale! Mieux, vis-à-vis d’un martyr, c’est une dette de sang!

Dans ce sens, nos sueurs, larmes et sang ne seront pas vainement versés tant qu’ils tomberont au nom du respect d’un engagement pris sur l’honneur pour la liberté, la dignité, l’intégrité et l’unité!

C’est à ce seul et unique prix que notre arbre produira de grandes feuilles, donc de grands Hommes! Des grands Hommes, qui sont semblables aux montagnes dont le sommet est presque toujours couronné de vapeur mais qui, avec humilité et sagesse, reconnaissent  que la vapeur vient de la vallée et non de la montagne.

Par contre, si au nom de l’émotion et de la douleur, nous renonçons au paiement de notre dette sociale, nous ne serons que des vivants morts: ceux qui tolèrent l’injustice. Donc, ne courbons point le front devant les coups du sort; parce qu’autant il ne saurait exister de bonheur sans courage, de même, il ne saurait exister de vertu sans combat. La Liberté, la Justice, la Vérité, la Dignité et l’Intégrité étant Filles du Courage et du Combat dans une Unité respectueuse des Valeurs! C’est dans ce combat ou à l’issue de celui-ci, que la mort en elle-même serait un repos. Et en empruntant mon propos des livres saints, je dirai, tâchons y, même en repentis, car notre repos en paix ne serait point fonction de l’abondance des souhaits, retentissants  soient-ils, mais plutôt de la résultante de nos propres actions: en bien et en mal!

De toutes façon, apprécions cette Citation de Euripide; Andromaque – Ve s. av. J.-C.: «Le temps n’efface pas la trace des grands hommes, et la vertu brille même parmi les morts.»

Bassolma BAZIE, Cel: 70336441; E.mail: bassolma@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *