Accueil » Société » Ces piercings qui en disent long de vous!

Ces piercings qui en disent long de vous!

Effet de mode, esthétique pure, symbole décoratif, parure, affirmation identitaire… le piercing est une pratique très ancienne. De nos jours, il est à la mode. Le phénomène touche préférentiellement les jeunes et adolescents, en grande majorité les filles. Les localisations du piercing sont le plus souvent au niveau de la face et du nombril. Leur emplacement peut révéler certains traits de la personnalité. Décryptage.

Lorsque les piercings se multiplient l’aspect du visage devient impressionnant, inquiétant, destructeur: une forme d’automutilations et de scarifications

Pour certains enfants, le piercing est une sorte de SOS destinés à leurs parents lorsque ceux-ci éprouvent du mal à leur faire confiance. Une façon singulière d’exprimer, lorsque les mots manquent, un mal-être. Un message plein de sens quoi qu’il en soit…

A l’analyse, premièrement, les endroits choisis pour les piercings ne sont pas aléatoires. Ils pénètrent à l’intérieur de la peau et en ressortent en constituant une suture qui borde spécialement les trous du corps. Ce sont les orifices tels les orbites, la bouche, les oreilles, le nez, les tétons, le nombril et les endroits intimes comme le sexe et l’anus.

Deuxième constat, pour le percé autant que pour les observateurs, le bijou lui-même, sa masse, son implantation et son effet visuel, en font un objet à la fois étranger et doué d’une présence. Le piercing est à la fois extérieur au sujet et fait partie de lui. Amovible, il peut s’attacher mais aussi se détacher. Ainsi, les piercings constituent une dialectique archaïque autour de l’enveloppe corporelle et psychique, de la présence et de l’absence de l’autre, du plein et du vide, du deuil et de la perte.

L’emplacement d’un piercing est révélateur de traits de la personnalité.

L’oreille

Le perçage de l’oreille avait été repris dans les communautés gay, au cours de la vague de mouvement culturel contestataire datant autant de l’époque de la Guerre du Vietnam et aussi des événements de Mai-68. C’est donc à la suite de ce contexte que les punks ont vu le jour. Ils avaient la double volonté de faire table rase des valeurs établies et d’atteindre une liberté de création maximum. Rappelons qu’en anglais, punk signifie sans valeur, délabré, pourri.

Le sourcil

Évidemment, ce piercing de l’arcade est de plus en plus courant. En réalité, c’est le signe d’une personne capricieuse, contestataire (pas de complexe). Mais ces traits de caractère n’enlèvent en rien votre besoin de valoriser l’image que vous projetez aux autres. Au final, vous voulez gagner une bonne image de vous tout simplement.

Le nez

À travers le monde, c’est le piercing le plus porté et qui remonte à 4 000 ans environ. Son emplacement a une symbolique dans chaque culture… Alors même si votre nez percé n’a aucun rapport avec une croyance, il a quand même une signification, qu’il soit à la narine gauche ou droite. Il y a forcement une identification relative à l’un des deux parents. Oui, à gauche pour la fille à maman et à droite pour la fille à papa, c’est une preuve que vous êtes attachée à cette image parentale qu’elle soit inconsciemment acceptée ou rejetée.

La lèvre

Cette partie très érotique du corps est percée soit à la lèvre inférieure ou supérieure et est le signe d’une personne de nature cupide, avare sans qu’elle en soit elle-même consciente (ne soyez pas vexée). Mais vous savez être aussi une personne très déterminée, tenace… Et ça, ce n’est pas une mauvaise chose en soi. Avec vous, les scrupules et le superflu n’existent pas, on accepte ou pas.

Se percer la langue est une forme de souffrance initiatique et le signe que vous êtes sujette à des remises en question

La langue

Cet organe au fond de la bouche se perce depuis l’époque Maya. Se percer la langue est une forme de souffrance initiatique et le signe que vous êtes sujette à des remises en question. Il est symbolique de l’instinct de survie, alors si certains doutaient que vous teniez à votre vie, voici la preuve que vous êtes accrochée à elle.

Le téton

Le piercing du téton était plus fréquent chez les hommes (différentes tribus), signe de vitalité, de force… Mais aussi très tendance à l’époque. Les dames de la haute société ornaient ceux-ci de bijoux, tout en les reliant entre eux. Il est le signe que vous assumez votre sexualité et que vous savez que vos mamelons sont des atouts sur le plan de l’érotisme.

Le nombril

Dans les civilisations égyptiennes, ceux qui se perçaient le nombril étaient d’un statut social élevé. Siège symbolique de l’ego, c’est aussi une manière de se protéger. De nos jours, il peut être mal perçu de voir un ventre dénudé avec un piercing au nombril. Mais contre toute attente, il représente la jeune fille – femme qui est mal dans sa peau, plus un symbole de ceinture de chasteté. Vous avez des difficultés à vous épanouir, à vous libérer sexuellement. Le Piercing au nombril est le plus utilisé et le préféré chez les femmes, il exprime la sensualité et la beauté de la femme. On dit, de plus, qu’il donne du plaisir pendant l’acte sexuel, il simule une caresse.

En conclusion, les piercings peuvent contribuer à émanciper une personne de sa timidité maladive. Ils peuvent réconforter une personne après une succession de déceptions amoureuses. Certaines de ces motivations sont l’appropriation du corps, l’affirmation de soi (la marque donne confiance en soi), l’opposition aux parents, etc. Ils peuvent signifier également une manière de combler une solitude et de se mettre en valeur. Ils permettent à certains jeunes de lutter contre les angoisses qui provoquent des réactions défensives. Ainsi, les piercings répondent à un besoin de singularité et de conformité dans l’affirmation de son identité, ils aident à surmonter une épreuve difficile avec le risque de déshumaniser le corps.

En somme, les piercings ne sont pas que de la mode. Ils peuvent être l’expression d’une souffrance psychique. Lorsque les piercings se multiplient, l’aspect du visage devient impressionnant, inquiétant, destructeur, et rejoint, dans le même esprit, automutilations et scarifications.

Théophile MONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *