Accueil » Logtoré » Pilule du lendemain: elle ne protège pas des maladies sexuellement transmissibles, selon le professeur Ali Ouédraogo

Pilule du lendemain: elle ne protège pas des maladies sexuellement transmissibles, selon le professeur Ali Ouédraogo

La pilule du lendemain, communément appelée contraception d’urgence sous forme de comprimés, vise à empêcher la fécondation après un rapport sexuel à risque. Cette contraception d’urgence peut-elle remplacer une contraception régulière et prévenir des maladies sexuellement transmissibles? Le Professeur Ali Ouédraogo en service au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo, également professeur titulaire de gynécologie au niveau de l’Université Joseph Ki-Zerbo, nous éclaire sur le sujet.

Les Echos du Faso (LEF): Qu’est–ce que la pilule du lendemain?

Professeur Ali Ouédraogo (Pr A. O): C’est l’apport d’hormones qui vont permettre d’éviter une grossesse non désirée après des rapports sexuels non protégés. C’est une partie de la contraception d’urgence. Mais lorsqu’on parle de la contraception d’urgence, on a une vision beaucoup plus large parce qu’on inclut le stérilet qui peut être utilisé comme contraception d’urgence.

LEF: Quand l’utiliser?

Pr A. O: Le plus tôt possible, après le rapport à risque. Il peut être administré jusqu’à 72h après les rapports sexuels.

LEF: Peut-on se la procurer sans ordonnance?

Pr A. O: Oui! Vu l’urgence des choses, on peut se la procurer sans ordonnance en pharmacie ou dans un centre de santé.

LEF: Y a-t-il des effets secondaires?

Pr A. O: Ses effets indésirables sont, entre autres, la nausée, des vomissements, des sensations de fatigue, des céphalées…

LEF: Est-ce qu’elle peut remplacer une méthode de contraception?

Pr Ali Ouedraogo

Pr A. O: Non! Lorsqu’on prescrit la pilule du lendemain, on a souvent certaines craintes, parce qu’il ne faut pas que la femme croit que c’est une méthode contraceptive. La pilule du lendemain est une méthode d’urgence et non une méthode contraceptive. Mais le fait de l’utiliser comme telle peut entrainer une grossesse extra utérine (GEU). Ça doit être des prises exceptionnelles. Par exemple, parce qu’on a oublié de prendre sa pilule contraceptive, parce que le préservatif s’est déchiré, où parce qu’on a été victime de viol. Mais ça ne doit pas être une méthode qu’on utilise chaque fois qu’on a des rapports sexuels non protégés. Pour éviter la prise régulière de la pilule du lendemain, elle doit être associée d’une méthode contraceptive.

LEF: Est-ce que la pilule du lendemain protège des maladies sexuellement transmissibles?

Pr A. O: Non! Elle protège des grossesses mais pas des maladies sexuellement transmissibles. La grossesse est quelque chose qu’on essaye d’éviter par la prescription de la pilule du lendemain. Mais tout ce qui est comme infection sexuellement transmissible, le VIH, on ne pourra pas le prévenir par la pilule du lendemain.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *