Accueil » Economie-Finances » Les PME comme le fer de lance de l’activité économique au Burkina: le ministère du Commerce et de l’Artisanat diffuse la loi y relative

Les PME comme le fer de lance de l’activité économique au Burkina: le ministère du Commerce et de l’Artisanat diffuse la loi y relative

Le ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat a tenu ce 3 avril dans la salle de conférences de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso, un atelier de lancement de la diffusion de la loi d’organisation des petites et moyennes entreprises (PME) et de la charte des PME au Burkina. Présidé par Harouna Kaboré, ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, cet atelier a pour objectifs de rendre publique cette loi afin que les PME s’en approprient mais aussi, de montrer le bien-fondé et les différents avantages qu’elle apporte au PME ainsi qu’à l’économie du pays.

Les participants à l’atelier
Le présidium à l’ouverture de l’atelier

Sous l’impulsion du secteur privé et des partenaires techniques et financiers, l’engagement du gouvernement à faire des PME le fer de lance de l’activité économique au Burkina Faso s’est traduit par l’adoption de lois, explique le ministre Harouna Kaboré du Commerce. Il s’agit de la loi n°015-2017/AN du 27 avril 2017 portant loi d’orientation de promotion des PME, du Décret n°2017-1165/PRES/MCIA/MINEFID du 30 novembre 2017 portant adoption de la charte des PME au Burkina et du Décret n°2018-0034/PRES/PM/MCIA/MINEFID du 30 janvier 2018 portant attributions, composition et fonctionnement de la Commission nationale des PME (CN-PME). «L’objectif est de planifier le milieu des PME qui, pour la plupart, sont dans l’informel» dixit le ministre Kaboré. Il a ajouté qu’il s’agit essentiellement d’œuvrer à la mise en place d’un certain nombre de règles et principes consensuels permettant aux PME de jouer pleinement leur rôle et aux autorités de fédérer les soutiens qu’il faut leur apporter.

Ce fut alors l’occasion pour le ministre d’exhorter les structures administratives concernées à diligenter la mise en œuvre d’un certains nombres de mesures d’accompagnement et de soutien aux PME inhérentes à la loi et à la charte pour l’accès à:

– au moins 15% du montant global de la commande publique par an;

– la sous-traitance avec les grandes entreprises et la co-traitance entre PME;

– la facilitation de l’accès à des mécanismes de financement innovants;

– au renforcement des capacités managériales, techniques et technologiques;

– et la mise en place d’un régime fiscal et double spécifique aux PME.

Aussi, pour bénéficier de ces avantages et tirer profit des mesures qui y sont contenues, il est attendu des PME leur adhésion à la charte. C’est pourquoi il est prévu des ateliers d’information et de sensibilisation qui seront organisés dans toutes les treize villes, chefs-lieux de régions du pays.

Convaincu que l’organisation de ces ateliers contribuera à la création et au développement d’une masse critique de PME compétitives, exploitant des matières premières locales et des technologies émergentes et par ricochet à l’atteinte de l’axe 3 du Plan national de développement économique et social (PNDES), le ministre a ouvert les travaux de l’atelier.

Hamadou Ouédraogo (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *