Accueil » Politique » Point de presse du CFOP: «Nous ne sommes ni pour la suppression du fonds commun ni pour son maintien»

Point de presse du CFOP: «Nous ne sommes ni pour la suppression du fonds commun ni pour son maintien»

Comme à l’accoutumée, l’opposition politique a tenu son point de presse de la semaine ce 19 juin 2018 à son siège à Ouagadougou. Face aux hommes de média et par la voix de deux de ses représentants M. Jean-Hubert Bazie et M. Yumanli Lompo, elle s’est prononcée sur la situation de la nation. La récente mesure gouvernementale sur les éventuels abandons de postes par les grévistes du ministère de l’Economie et des Finances, la politisation des OSC, l’affaire Naïm Touré, sont, entre autres, les véritables points saillants qui ont animé la conférence de presse.

Présidium lors de la conférence de presse

Partant de la grève des financiers, l’opposition politique par la voix de M. Bazié affirme que le MPP ne peut pas gérer le pouvoir. «Depuis l’avènement du MPP il n’y a pas de paix sociale, un gouvernement doit savoir gérer les rapports sociaux. Ce qui n’est pas le cas. Par conséquent, le gouvernement ne peut pas gérer le pouvoir». L’opposition déplore alors cette décision du gouvernement qui a autorisé le ministre de l’Economie à recruter des volontaires et des retraités pour remplacer les grévistes à leurs postes. Selon elle, cette décision n’est pas de nature à détendre ni à arranger la situation.

M. Jean-Hubert Bazié

Par rapport à la conférence sur le système de rémunération des agents de la Fonction publique, l’opposition l’a qualifiée d’«une conférence de plus». Est-ce pour dire qu’elle est sans intérêt? Toujours est-il que selon ses membres, il faut plutôt respecter les règles et droits nationaux ainsi que les ratifications internationales dans la résolution des problèmes des travailleurs qui, du reste, sont dans leur droit quand ils grèvent. Le CFOP a rappelé que le droit de grève est prévu par la loi.

Pour le cas Naïm Touré l’opposition appelle à ne pas négliger la question militaire qu’a voulu dénoncer cet activiste au lieu de s’en prendre à cette «voix des sans voix». En saluant le mérite de cet activiste, l’opposition a déploré la politisation des Organisations de la société civile. Il est reproché au parti au pouvoir d’avoir à son compte de faux activistes et certains membres de la société civile à sa solde. Prenant pour exemple ces organisations de la société civile politisées, l’opposition a condamné les partis-pris de certains membres de la société civile en faveur de certains hommes politiques. Aussi rappelle-t-elle qu’une association est une organisation apolitique et toute déviance vis-à-vis de ce postulat est une infraction.

Par rapport à la question du fonds commun, question sensible qui sème la discorde chez les financiers et dans la société, l’opposition dit n’être ni pour sa suppression ni pour son maintien. Une position qui pourrait sans doute susciter des débats.

Hamadou Ouédraogo (stagiaire)

2 commentaires

  1. wohh,que retenir alors de la position de l’opposition dans cette affaire de FC?ni suppression,ni maintien…humm

  2. C’est plutôt une position de caméléon pour se ménager une porte de sortie au cas où ils parviendraient au pouvoir. Nous avons beaucoup de sympathie pour certains membres de l’opposition qui ont les qualités nécessaires pour constituer une alternative sérieuse au pouvoir actuel. Seulement, il faut que l’opposition soit plus courageuse, plus honnête et surtout plus soudée. Éluder les problèmes sérieux ne nous rassure pas du tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *