Accueil » Politique » Point de presse du gouvernement: le relèvement des agents du ministère de l’Economie de leur fonction au menu des échanges

Point de presse du gouvernement: le relèvement des agents du ministère de l’Economie de leur fonction au menu des échanges

«Révocation de deux agents du ministère de l’Economie, illégalité des sit-in, lancement du projet de Filets sociaux, forum national des personnes vivant avec un handicap». Tels sont, entre autres, les points qui ont fait l’objet d’échanges entre le gouvernement représenté par le ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, et la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille et la presse vendredi à la faveur du traditionnel point de presse du gouvernement.

Deux agents du ministère de l’Economie, des Finances et du Développent ont été relevés de leur fonction en Conseil des ministres du 24 mai 2018. A l’occasion du point de presse du gouvernement, le ministre de la Communication, Rémis Fulgance Dandjinou, a été interpellé par les hommes de médias sur les raisons de cette révocation. «La nomination laisse le pouvoir discrétionnaire du ministre de nommer qui il veut à la place qu’il veut. Il n’a pas de justification à donner», a répondu Rémis Dandjinou.

 

Aussi, le ministre de la Communication a rappelé que cela fait deux ans et demi que le pays est en grève. «A un moment donné, il faut se poser la question de savoir ce que nous recherchons au final» a-t-il ajouté. Paraphrasant le Chef de l’Etat qui dit, «On ne peut partager que ce que l’on produit», le ministre Dandjinou a noté que: «Nous ne pourrions continuer à servir les salaires  que si nous continuons à travailler».

 

Il faut noter que le Synstha était en sit-in les 23 et 24 mai 2018, malgré la décision rendue par le Conseil d’Etat sur l’illégalité de ces mouvements. Constatant cet état des faits, le ministre Dandjinou a révélé que le gouvernement va se conformer à la loi. «On va faire le constat des sit-in et nous allons appliquer la loi sur tout le monde. Ce n’est pas une bagarre avec quelqu’un, c’est un travail administratif, ceux qui doivent être sanctionnés le seront, il n’y a pas de privilégiés», a-t-il prévenu.

 

 

Lancement des filets sociaux

Ce sont au total 114 500 ménages soit environ 800 000 individus qui vont bénéficier du projet Filets sociaux, issu d’une convention de financement entre le gouvernement burkinabè et la Banque mondiale à travers l’Association internationale pour le développement.

 Avec pour objectif d’accroitre l’accès des ménages pauvres et vulnérables aux filets sociaux et d’établir les fondements d’un système adaptatif de filets sociaux au Burkina, ce projet intervient essentiellement, selon la ministre de la Solidarité nationale, Hélène Marie Laurence Ilboudo/Marshall, dans le domaine du transfert monétaire et les mesures d’accompagnement portant sur la nutrition, le développement nutritif de l’enfant, l’hygiène… Il couvre actuellement 10 provinces réparties dans quatre régions que sont le Nord, l’Est, le Centre-Est et le Centre-Ouest et cible les ménages pauvres et vulnérables avec des enfants de moins de 15 ans, des femmes enceintes, des mères allaitantes…

 

A entendre la ministre Ilboudo, des perspectives sont envisagées par le gouvernement pour permettre à tous les ménages vulnérables de bénéficier de ce projet à travers le passage à l’échelle nationale pour la couverture de tout le pays.

 

A propos du forum national des personnes handicapées, Laurence Ilboudo a rappelé qu’il va se tenir du 4 au 5 juin 2018 à Ouagadougou. 1000 personnes handicapées des 13 régions du Burkina ainsi que des ONG et des OSC œuvrant dans le domaine du handicap, des partenaires techniques et financiers et des représentants des départements ministériels y prendront part.

 

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *