Accueil » Politique » Politique: l’Alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle enregistre sept nouveaux entrants

Politique: l’Alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle enregistre sept nouveaux entrants

Sept nouveaux partis politiques ont procédé jeudi, lors d’une conférence de presse, à la signature de la convention marquant leur adhésion à l’Alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle (APMP).

La signature de la convention

L’Alliance  des partis et formations politiques de la majorité présidentielle (APMP), qui comptait 31 membres, vient de se renforcer avec sept nouvelles adhésions portant ainsi le nombre à 38 partis alliés. Il s’agit de l’Alliance pour la démocratie au Faso (ADEFA), l’Alliance pour la démocratie et le développement (ADD), le Parti pour la démocratie et la jeunesse (PDJ), le Parti pour la protection de l’Environnement/Conservation de la nature (PPE/CN), le Parti des patriotes progressistes (PPP), le Parti du peuple républicain (PPR) et la Renaissance démocratique et patriotique au Faso (RDPF).

Il faut noter que l’APMP est un cadre de regroupement des partis et formations politiques qui soutiennent et défendent le programme présidentiel. Que ce soit au niveau du gouvernement ou du Parlement, les partis de l’alliance, à entendre le coordonnateur, Clément Sawadogo, jouent un rôle de soutien à la mise en œuvre du programme présidentiel.

Au-delà de l’exécutif, «nous avons nos militants qui sont à la tête des collectivités territoriales qui jouent un rôle de veille». En plus de cela, «nos partis travaillent sur le terrain à la mobilisation politique, sociale pour soutenir le président du Faso dans la mise en œuvre de son programme».

Le présidium lors du point de presse

A ce propos, le premier-vice coordonnateur, Bénéwendé Stanislas Sankara, a confié que la première activité de l’Alliance a consisté à rencontrer l’ensemble des militants dans les treize régions. «Ces rencontres d’échanges nous ont permis de pouvoir noter l’ensemble des préoccupations à la base. Aujourd’hui, nous avons fait un rapport qui va nous permettre d’échanger avec le gouvernement dans l’optique d’apporter quelques réponses pertinentes aux aspirations de nos populations», a-t-il dit.

L’adhésion de ces sept nouveaux partis va donc apporter, à en croire Clément Sawadogo, un plus à la bonne marche de l’APMP. «D’autres auraient voulu qu’ils viennent s’inscrire chez eux mais ils ont fait l’option de venir chez nous», s’est-il réjoui, tout en précisant que l’Alliance a enregistré tout récemment, des nouvelles demandes d’adhésion.  «Nous allons traiter ces cas en rapport avec nos textes et il est certain que dans un proche avenir, nous enregistrerons l’adhésion d’autres nouveaux partis», a-t-il dévoilé.

Actualité oblige, Me Bénéwendé Sankara s’est exprimé sur le refus du tribunal militaire de laisser les journalistes utiliser leurs outils de travail dans le palais. «Aujourd’hui, il est ridicule de dire aux journalistes de ne pas couvrir un procès», a-t-il affirmé. Selon ses confidences, l’Assemblée avait décidé avec le gouvernement de corriger le code de procédure pénale qui n’autorisait pas la couverture médiatique pour introduire désormais la possibilité de couverture médiatique. «Au niveau du tribunal militaire, peut-être que le juge n’a pas voulu faire application de ces dispositions. Dans tous les cas, il appartient au président qui a la police des débats d’aviser», a-t-il conclu.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *