Précarité des conditions de vie des femmes: la CCVC/Bobo accuse le système capitaliste - Les échos du Faso
Accueil » Société » Précarité des conditions de vie des femmes: la CCVC/Bobo accuse le système capitaliste

Précarité des conditions de vie des femmes: la CCVC/Bobo accuse le système capitaliste

La section des Hauts-Bassins, de la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) a organisé le jeudi 8 mars 2018 à Bobo-Dioulasso, une conférence publique pour échanger autour des conditions de vie de la gente féminine. C’était une manière pour cette organisation de célébrer la journée internationale de la femme.

Les conférenciers

«Les conditions de vie des masses laborieuses en générale et celle a des femmes en particuliers dans un contexte de vie chère. Quelles perspectives?». C’est sous ce thème que la coordination régionale de la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et les libertés (CCVC) dans les Hauts-Bassins a organisé cette conférence publique qui entre dans le cadre des activités commémoratives de la journée internationale de la femme.

A l’occasion, les conférenciers sont revenus sur l’historique de la journée du 8-Mars. Selon Bakary Millogo, coordonnateur de la CCVC Hauts-Bassins, le 8-Mars matérialise la détermination et la combativité des femmes contre le système capitaliste, pour un travail décent et pour de meilleures conditions de vie des femmes.

Les participants

Ainsi, les problèmes rencontrés par les femmes africaines en général et burkinabé en particulier ont été abordés par les conférenciers. «Nous savons que les femmes rencontrent de multiples problèmes dans notre pays dont les conditions de vie misérables. Il y’ a aussi le chômage des femmes et la non scolarisation de la jeune fille. Nous avons aussi la souffrance des femmes face à un certain nombre de maladies qui doivent être prises en charge par nos gouvernements», a laissé entendre Bakary Millogo.

Bakary Millogo

Selon lui, ces conditions de vie sont dues à certaines pesanteurs qui sont soutenues et entretenues par le système capitaliste. Pour la CCVC donc, avec le système capitaliste, la lutte des femmes pour de meilleure condition de vie s’avère vaine. Pour ce faire, la CCVC accuse le système capitalisme d’être la cause de la précarité des conditions de vie de la femme car pour elle, c’est ce système qui crée des inégalités entre les masses sociales comme la pauvreté, la baisse du pouvoir d’achat, le chômage, la corruption, et l’insécurité. C’ est pourquoi elle s’engage à lutter auprès des femmes pour l’amélioration de leurs conditions de vie.

Cheick Omar Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *