Accueil » Ca se passe à l'assemblée » Première session extraordinaire de l’année 2017: aucun projet de loi portant sur les libertés religieuses n’est inscrit à l’ordre du jour

Première session extraordinaire de l’année 2017: aucun projet de loi portant sur les libertés religieuses n’est inscrit à l’ordre du jour

Le lundi 9 janvier 2017 s’est ouverte à Ouagadougou, la première session extraordinaire de l’année 2017 à l’Assemblée nationale.  Saisissant cette occasion, le président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo a tenu à préciser que le projet de loi portant sur les libertés religieuses n’est pas inscrit à l’ordre du jour.

La représentation nationale va examiner plusieurs projets de loi que l'agenda du gouvernement n'a pas permis d'inscrire à l'ordre du jour de la session budgétaire 2016
La représentation nationale va examiner plusieurs projets de loi que l’agenda du gouvernement n’a pas permis d’inscrire à l’ordre du jour de la session budgétaire 2016
Le Président de l'Assemblée nationale a rassuré que le projet de loi portant sur les libertés religieuses n’est pas inscrit à l’ordre du jour
Le Président de l’Assemblée nationale a rassuré que le projet de loi portant sur les libertés religieuses n’est pas inscrit à l’ordre du jour

«Nous n’avons pas décidé d’inscrire à l’ordre du jour de notre session le projet de loi portant sur les libertés religieuses», a assuré le président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo, qui a précisé. «Je peux rassurer les honorables qu’en conférence des présidents, nous avons décidé de différer l’examen et l’adoption de cette loi jusqu’au mois de mars pour permettre au gouvernement de reprendre les concertations avec tout le monde».

Selon ses confidences, c’est à travers les «radios libres» et sur les réseaux sociaux, qu’il a appris que l’Assemblée veut voter une loi sur les libertés religieuses. «Je veux rassurer les autorités religieuses  et coutumières de notre pays qu’aucune loi ne sera adoptée pour légiférer sur les politiques religieuses sans qu’elles soient associées», a affirmé M. Diallo qui a ajouté que même si cette loi devait être mis en examen, le peuple burkinabè à travers ses représentants religieux et coutumiers sera associé  pleinement. «Notre pays ne connaît pas de problème religieux et l’Assemblée nationale n’accepterait pas qu’une loi vienne créer des problèmes à ce niveau», foi du président du Parlement.

Pour le ministre de la communication, le gouvernement a, à cœur de construire un Burkina de coexistence pacifique
Pour le ministre de la Communication, le gouvernement a, à cœur de construire un Burkina de coexistence pacifique

Même son de cloche pour le ministre de la Communication, chargé des relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou qui a fait remarquer que le gouvernement a, à cœur de construire un Burkina de coexistence pacifique et à aucun moment un projet de loi ne va remettre en cause cette conviction. «Les religions doivent se pratiquer dans le respect des lois existantes tant au niveau des libertés individuelles que de la pratique au niveau collectif. C’est à ce  niveau que le projet va apporter un certain nombre d’innovations», a-t-il noté.

Il faut rappeler que cette session aura à examiner entre autres projets de loi, celui portant autorisation de ratification de la Convention sur la répression des actes illicites dirigés contre l’aviation civile internationale et du protocole additionnel à la convention pour la répression de la capture illicite d’aéronefs adoptés à Beijing le 10 septembre 2010. Aussi, le projet de loi portant création d’une fonction  publique territoriale au Burkina Faso, ainsi que le projet de loi portant création, organisation et fonctionnement des pôles judiciaires spécialisés dans la répression des infractions économiques et financières et de la criminalité organisée. Enfin, le projet de loi portant habilitation du gouvernement à ratifier par voie d’ordonnance des accords de financement, des appuis budgétaires techniques et financiers.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *