Accueil » Coopération-Diplomatie » Prévention du crime et justice pénale: le Burkina Faso participe à la 27ème session de la Commission des Nations Unies

Prévention du crime et justice pénale: le Burkina Faso participe à la 27ème session de la Commission des Nations Unies

Du 14 au 18 mai 2018 s’est tenue, à Vienne en Autriche, la 27eme session de la Commission des Nations Unies pour la prévention du crime et de la justice pénale (CCPJ). La rencontre a été présidée par Lofti Bouchaara, Ambassadeur/Représentant Permanent du Royaume du Maroc. Le Burkina Faso y était représenté par Saïdou Zongo, Ambassadeur/Représentant permanent adjoint, Eric Zoungrana, Premier Conseiller, Théophile Sawadogo et Elysé Ouédraogo respectivement Secrétaire Général et Conseiller technique du Ministre de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique.

27è session de la CCPJ

L’un des faits marquants de cette 27eme session de la Commission des Nations Unies pour la prévention du crime et de la justice pénale (CCPJ) a été la participation d’Antonio Gutteres, Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies. Il effectuait à cette occasion sa première visite officielle à Vienne depuis son accession à la tête de l’ONU. Il avait à ses côtés, à la cérémonie d’ouverture de la session, la Première ministre de la Norvège, Erna Solberg, et le Ministre autrichien des Affaires étrangères, Karin Kneissl.

Dans son allocution, le Secrétaire Général a rappelé ses priorités qui sont, entre autres, la prévention des crises et des conflits, la mobilisation des efforts internationaux en faveur des objectifs du développement durable. Antonio Gutteres a rendu hommage à l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (l’ONUDC) et à la Commission qui, a-t-il soutenu, occupent une place importante dans le système des Nations Unies dans la réalisation de ses priorités.

Antonio Gutteres

En énumérant les fléaux auxquels le monde est confronté, le premier responsable de l’ONU s’est inquiété de l’expansion du terrorisme, du trafic illicite des drogues, du trafic des armes et des êtres humains, ainsi que la cybercriminalité.

Il a particulièrement salué l’initiative de présentation par les Etats membres de  résolutions sur la traite des êtres humains, crime odieux qui, a-t-il souligné, «prospère à cause des conflits prolongés, des inégalités croissantes et de l’absence d’une réponse internationale organisée à la migration».

Le Directeur Exécutif de l’ONUDC, Yury Fedetov a quant à lui, remercié le Secrétaire Général pour sa visite et rappelé l’importante contribution que son organisation apporte à la  lutte contre le crime organisé et à la réalisation des objectifs de l’ONU en vue de promouvoir la paix, la sécurité, les droits humains et le développement durable.

Durant les travaux, les participants ont débattu de problématiques multiformes liées à la criminalité transnationale organisée et de questions d’intérêt sur la justice pénale. Il s’est agi particulièrement d’examiner la façon dont les Etats membres procèdent à la mise en œuvre des engagements pris au plan international, notamment l’application des conventions, traités et résolutions relatifs à la lutte contre le crime. Les participants ont également échangé sur les progrès enregistrés et envisagé des mesures susceptibles de renforcer les dispositions et normes internationales existantes. A cette occasion, les Etats ont exprimé leurs vues sur le rapport du Secrétaire général des Nations-Unies sur la coopération internationale dans la lutte contre la criminalité internationale et la corruption. Ils ont informé les partenaires de la situation de la criminalité dans leurs pays respectifs, des efforts menés par leurs autorités nationales, des difficultés rencontrées, et fait des propositions en vue de renforcer le dispositif international de lutte contre les réseaux criminels, ainsi que l’administration de la justice.

La délégation du Burkina Faso à la 27è session de la CCPJ

Il faut indiquer que le Burkina Faso a pris part à cette session en qualité d’observateur, en attendant d’intégrer formellement la Commission à partir de janvier 2019 suite à son élection par le Conseil économique et social de l’ONU. Toutefois, la délégation a saisi l’occasion pour échanger avec des responsables des départements de l’ONUDC dans le cadre du suivi des initiatives et projets en cours.

En rappel, la Commission des Nations-Unies pour la prévention du crime et de la justice pénale (CCPJ) est composée de 40 pays. Elle a été mise en place en 1992 par le Conseil économique et social de l’ONU sur requête de l’Assemblée Générale de l’Organisation. La Commission est chargée des activités des Nations-Unies dans le domaine de la prévention du crime et de la justice pénale, en établissant des normes et standards y afférents, et en assurant le suivi de leur mise en œuvre par les Etats membres de l’ONU. Elle approuve également le budget des Fond des Nations Unies pour la prévention du crime, destinée à assurer l’assistance technique aux pays.

En marge des travaux de la session, le Secrétaire Général Théophile Sawadogo et le Conseiller technique Elysé Ouédraogo ont rendu une visite de courtoisie aux premiers responsables de l’ambassade.

Simon YAMEOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *