Accueil » Politique » Prise en compte des préoccupations dans les futures lois: le Président du CNT courtisé

Prise en compte des préoccupations dans les futures lois: le Président du CNT courtisé

Le processus de la Transition poursuit son petit bonhomme de chemin, en dépit des difficultés et des agissements de certains. Et petit à petit, «l’oiseau de la Transition fait son nid» au Faso après avoir chassé en plein midi, celui de mauvais augure. C’est donc dire que lentement mais surement, on s’achemine vers le déroulement des élections qui devront couronner la fin de la Transition. Après les élections couplées législatives et présidentielles qui auront lieu le 11 octobre prochain, le Burkina Faso pourrait renouer définitivement avec la démocratie, au grand bonheur du peuple qui l’a voulu ainsi en renversant le régime de Blaise Compaoré.

Le Président du CNT est fortement courtisé ces jours-ci.
Le Président du CNT est fortement courtisé ces jours-ci.

En attendant, les principaux acteurs civils et politiques nourrissent tous le secret espoir que leurs préoccupations soient prises en compte par les futures lois du pays. Cela est légitime car le changement survenu devrait permettre de corriger toutes les grosses erreurs du précédent régime qui avait excellé dans le népotisme, le laxisme, le favoritisme et la patrimonialisation du pouvoir. A la faveur de la nouvelle donne dans le paysage socio-politique, «plus rien ne sera comme avant». Ce slogan d’actualité doit se traduire dans les faits et de façon concrète dans la réalité.
Pour relever ce défi, les mouvements de protestation se multiplient à l’échelle du pays avec des fortunes diverses dans la satisfaction des revendications. Alors que certains passent leur temps à protester vigoureusement dans la rue, d’autres ont compris que la bataille peut également se mener sur un autre terrain, celui du juridique.
En effet, plusieurs lois seront bientôt votées par les députés de la Transition. Dans le souci de la prise en compte de leurs préoccupations dans les projets de lois qui seront examinées, les acteurs politiques défilent chaque jour au Quartier général (QG) du Conseil national de Transition (CNT).
On assiste, ces derniers jours, à des audiences tous azimuts à l’hôtel du député où le président du CNT, Chériff Sy, reçoit matin, midi et soir, des délégations politiques, de la société civile, des ONG nationales et internationales, etc. Il ne se passe pas de chaque jour sans que celui-ci ne reçoive des délégations venues demander qu’il pèse de tout son poids pour la prise en compte de leurs préoccupations.
A l’allure où vont les choses, Chériff Sy risque d’être débordé par les audiences qui ne cessent de s’accroître. On est même tenté d’affirmer qu’elles dépassent de loin celles du Premier ministre et du Président du Faso.
Saïdou Zoromé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *