Accueil » Société » Prix des hydrocarbures: une marche de protestation le 8 avril pour une baisse significative

Prix des hydrocarbures: une marche de protestation le 8 avril pour une baisse significative

Le 8 avril prochain, la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) organisera une marche de protestation pour exiger une baisse significative du prix des hydrocarbures. L’information a été donnée par la Coordination nationale le 5 mars 2015, au cours d’une conférence de presse à Ouagadougou.

Les animateurs de la conférence de presse
Les animateurs de la conférence de presse

La Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) est insatisfaite de la diminution de 25 FCFA du prix des hydrocarbures décidée par le gouvernement. Elle a exprimé son mécontentement au cours de la conférence de presse animée le 5 mars. «Ce que la CCVC revendique, c’est une baisse sensible d’au moins 150 CFA du prix de l’essence. Si nous considérons cette revendication, il est évident que la diminution annoncée le 3 mars par le gouvernement et qui porte à 50 FCA le total des 2 diminutions reste insuffisante, largement en deçà des attentes des populations» a déclaré le vice-président de la Coordination nationale de la CCVC, Chrysogome Zougmoré.
Sur les raisons de cette position, il a soutenu que la diminution significative exigée par la CCVC doit se jouer sur deux tableaux. Il s’agit, a-t-il énuméré, de la baisse du prix du baril (facteur conjoncture) mais et surtout la structure des prix des hydrocarbures (facteur structurel). A ce propos, le vice-président de la CCVC a affirmé que l’Etat perçoit sur le litre d’essence 3 taxes à savoir les droits et taxes de douanes, la Taxe sur les produits pétroliers (TPP) et la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA). «Le cumul de ces 3 taxes est de plus de 250 F. A ces 3 taxes, il convient d’ajouter les frais et marges de la SONABHY. Il faut revoir ces taxes et particulièrement la TPP» a martelé Chrysogome Zougmoré.
Pour lui, l’insatisfaction de la CCVC se justifie également par le fait que le cumul des 2 baisses du prix des hydrocarbures décidées par le gouvernement reste insuffisant pour avoir un impact sur les prix d’autres produits et services notamment les transports. «Or, la diminution substantielle que nous demandons et attendons toujours, vise à soulager les populations et à donner un coup de fouet à l’économie par un accroissement de la consommation» a-t-il expliqué.

SOCIETE CCVCEn outre, les responsables de la CCVC fustigent ce qu’ils qualifient de volonté des dirigeants de faire payer aux consommateurs la mauvaise gestion des gouvernements précédents ainsi que de la SONABHY. «Les passifs évoqués liés aux sommes importantes que l’Etat et la SONABEL doivent à la SONABHY ne peuvent pas être opposés aux consommateurs» a déclaré Chrysogome Zougmoré. Les taxes perçues par l’Etat sur les différents produits pétroliers suffisent, a-t-il ajouté, à assurer la subvention de l’Etat à la SONABHY.
De même, la SONABEL, qui se donne les moyens d’obliger les consommateurs à payer leurs factures avec parfois des pénalités, doit payer, a souhaité le Vice-président, ce qu’elle doit à la SONABHY.
Somme toute, la CCVC a réitéré sa position de refus catégorique de faire payer par les populations les passifs laissés par les dignitaires de la 4ème République. Elle exige également la réalisation d’un audit sur la gestion de la SONABHY et la traduction en justice des auteurs de pillages, fraudes, surfacturations, détournements, etc.
Concernant la question du gaz, la CCVC s’est réjouie de l’amoindrissement de la tension liée à sa disponibilité. Toutefois, elle a demandé au gouvernement de prendre les mesures nécessaires pour assurer une disponibilité constante du gaz, même durant les périodes de forte demande.
Saïdou Zoromé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *