Accueil » Mounafica » Procès du coup d’Etat: Golf veut noyer beaucoup de monde!

Procès du coup d’Etat: Golf veut noyer beaucoup de monde!

Comme cela se dessinait, Yacouba Zida était la base de la stratégie de plonge adoptée par les inculpés du RSP. Les uns et les autres, de l’affaire poudrière de Yimdi à celle du coup d’Etat manqué, ont eu à casser du sucre sur son dos, en le chargeant pour qu’il soit inculpé comme les autres militaires du RSP qui ont ouvert le feu sur les insurgés. Et voilà que dans la confirmation des charges d’accusation de l’affaire putsch manqué, le général Diendéré a adopté la même stratégie du large ‘’rassemblement’’ accusationnel. Il a presque eu la peau du général Zida, puisque la justice se promet d’aller au Canada pour l’entendre. Si la montagne ne vient pas à Mahomet, Mahomet ira à la montagne, nous disent les Saintes Ecritures.

Mais en plus du général Zida, la défense en ligne de Golf entend aussi faire plonger les responsables militaires et policiers au moment du coup d’Etat, et pas seulement qu’eux, il y ajoute l’ancien président Jean-Baptiste Ouédraogo et l’archevêque de Bobo, Philippe Ouédraogo. Ces deux personnalités pour, semble-t-il, avoir donné leur caution au putsch, selon les mots de l’avocat du général Gilbert Diendéré. Depuis longtemps, il se murmurait que Golf avait des choses à révéler concernant le putsch manqué.

Moi Mounafica j’ai scruté un peu partout pour en savoir plus, tout ce que j’ai pu avoir c’est concernant Zida qui doit payer pour avoir été le Judas. Il n’a pas respecté le deal entre lui et Golf quand il a été placé à la surprise générale à la tête de la Transition.

Dans l’ivresse du pouvoir, le ‘’bon petit’’ de Golf a fait un parricide ; pour emprunter au langage populaire, il a coupé l’igname entre lui et son père spirituel. Un crime de lèse-général. Le cas Yacouba Zida était prévisible, mais la caution morale de JBO et Mgr Philippe Ouédraogo a surpris plus d’une personne.

En partant de l’explication de l’avocat du général Diendéré, il ressort que les deux médiateurs auraient dit à l’armée de «prendre ses responsabilités». En décidant de mettre un terme à la Transition, les soldats du RSP ont fait un choix contraire à celui du peuple. Alors, dire qu’ils doivent prendre leurs responsabilités peut dire continuer dans votre erreur ou bien il faut tout arrêter, reculer.

Le cas des chefs militaires ressemble de près à la situation où on a un couteau à la gorge et on doit répondre à des questions. Les réponses forcément doivent aller dans le sens de celui qui tient le couteau. Avant le massacre de Thom Sank et ses compagnons le 15 octobre 87 à 16 h, des sicaires de Blaise Compaoré sont allés à Kamboincé trucider le capitaine Koama. Les chefs militaires ont certainement en tête cette action mortifère. Alors, pouvaient-ils dire en face de Golf qu’ils désapprouvent le putsch? Ça allait être suicidaire.

Des confidences qui sont sorties de leur entretien à l’aéroport de Ouaga, Golf voulait refiler la patate chaude à quelqu’un et c’est là que le colonel Chef d’état-major de la gendarmerie lui aurait dit de s’assumer pour une fois et les autres ont embouché la même trompette. On aura remarqué que les autres corps n’ont pratiquement rien fait pour aider le RSP dans son entreprise suicidaire. Autrement dit, si les corps militaires et la police étaient entrés dans la danse du côté du RSP, peut-être que l’échec du coup d’Etat allait nous coûter un peu plus cher, sinon même que le risque était élevé de voir le putsch réussir avec la bénédiction des Macky Sall, Yayi Boni et ADO.

Le happy-end qu’on a connu allait se présenter sous d’autres formes, celles de l’impasse signant la fin de la Transition avec Michel Kafando, des élections ouvertes à ceux qui ont poussé à la modification de l’article 37.

Le procès du putsch manqué n’a pas fini de donner tous ses secrets. Mon pote Né Wendé a surpris une conversation qui laisse croire que le putsch du RSP était une table à plusieurs tiroirs, les putschistes allaient se faire des putschs entre eux…

Mounafica, tout œil tout ouïe!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *