Accueil » Société » Procès du putsch manqué de septembre 2015: le MBDHP exige qu’il soit conduit à son terme, avec rigueur et transparence

Procès du putsch manqué de septembre 2015: le MBDHP exige qu’il soit conduit à son terme, avec rigueur et transparence

Le Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP) était en conférence de presse ce vendredi matin à Ouagadougou. Face aux hommes de média, Chrysogone Zougmoré et ses camarades se sont prononcés sur l’évolution du procès du putsch manqué de septembre 2015.

Chrysogone Zougmoré, porte-parole du MBDHP
Les principaux animateurs de la conférence de presse du MBDHP

L’on se souvient qu’en prélude à ce procès, les membres du MBDHP avaient fait une sortie médiatique le 27 février dernier. A l’occasion, ils appelaient « le peuple burkinabè à la vigilance et à la mobilisation démocratique pour faire échec à tout plan tendant à empêcher la tenue et le bon déroulement du procès du putsch de septembre 2015 ».  Ce vendredi  27 avril 2018, le Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples a encore donné son point de vue sur l’évolution de  ce procès qui se veut historique. Pour le MBDHP, il est inadmissible et inacceptable que les questions de forme soient la cause de la suspension du procès. Ainsi, convaincu que la forme dans le déroulé de la procédure ne saurait dissiper les faits et actes consécutifs au putsch avorté, le MBDHP appelle au sens élevé de responsabilité de l’ensemble des parties afin que la date du 9 mai prochain scelle la fin des interminables querelles de procédures et marque enfin le véritable départ du jugement au fond de cette affaire.

Le MBDHP exige donc que «le procès des présumés putschistes de septembre 2015 soit conduit à son terme, avec rigueur et transparence et que toute personne impliquée soit entendue afin que toute la lumière soit faite et les coupables, tous les coupables, condamnés».

Les organisateurs de la conférence ont donc lancé un appel au peuple burkinabè à s’opposer fermement « à toute forme de manœuvres ou d’actions, dont l’objectif serait d’empêcher la tenue effective et la conduite à son terme du procès ».

Hamadou Ouédraogo (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *