Accueil » Gouvernance - Développement » Programme spécial d’électrification rurale: pour accélérer l’accès des populations de 189 localités à l’électricité

Programme spécial d’électrification rurale: pour accélérer l’accès des populations de 189 localités à l’électricité

Le président du Faso, maçon le temps d’une cérémonie, fixe le premier poteau électrique (ph préFaso)

Le samedi 21 octobre 2017, dans la commune de Tangaye, province du Yatenga, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a procédé au lancement officiel du Programme spécial d’électrification rurale. L’occasion a été saisie par les autorités compétentes pour prouver aux populations et aux partenaires que ce programme leur tient beaucoup à cœur. Ainsi, la cérémonie a connu la présence du Premier ministre, du président de l’Assemblée nationale, du Haut-représentant du chef de l’Etat, du président de la Cour suprême et des ministres du gouvernement dont celui en charge de l’Energie.

Ces personnes sont assises au soleil. Bientôt, elle pourront se rassembler sous l’éclairage de lampes électriques la nuit (ph préFaso)

Il faut noter d’emblée que le Programme spécial d’électrification des localités rurales est voulu par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, à travers la mise en œuvre du Plan national de développement économique et Social (PNDES). Il comprend tout un ensemble de projets et concerne l’électrification de 822 localités dont 189 sur financement de la Banque mondiale.

Aussi, le ministre de l’Energie, le Pr Alpha Oumar Dissa, a expliqué que le projet, dont la composante «Electrification rurale» est mise en œuvre par le Fonds de développement de l’électrification (FDE) et les populations des localités concernées à travers leurs coopératives, s’inscrit dans le cadre global de la politique du gouvernement visant l’accélération de l’accès des populations à l’électricité. Il a, en outre, indiqué que les 13 régions sont concernées par le programme. Mais «La présente tranche financée par la Banque Mondiale – à hauteur de 25 milliards de F CFA – à travers le PASEL (Projet d’appui au secteur de l’électricité) et les localités concernées est répartie dans toutes les 13 régions du Burkina Faso dont 20 localités de la région du Nord».

Le Programme sera réalisé par interconnexion au réseau national et par systèmes hybrides photovoltaïques et diesel. Il permettra de raccorder 22.000 ménages au réseau électrique tout en contribuant à générer au moins 1.500 emplois directs.

Le lancement officiel les travaux du Programme a été matérialisé par le premier coup de pelle au poteau-témoin donné par le président du Faso. Un acte symbolique qui permettra de construire plus de 1500 km de lignes électriques, 340 postes de transformation et 22.000 raccordements en 2018.

Le ministre de l’Energie, Alfa Oumar Dissa (ph mE)

Le ministre de l’Energie a alors saisi l’opportunité pour exhorter les futurs bénéficiaires, d’ailleurs fortement émus et mobilisés à l’occasion, à entretenir cet «instrument de développement et à assurer sa pérennisation car les prérogatives vont jusqu’à réduire la pénibilité des femmes et améliorer les services administratifs, éducatifs et de santé».

Le représentant des bénéficiaires, Hamidou Ouattara, a rassuré les autorités que les matériels seront bien entretenus. Quant au représentant de la Banque mondiale, Cheick F. Kanté, il a soutenu que son institution accompagnera l’Etat burkinabè dans ses efforts de développement.

Le représentant-résident de la Banque mondiale (ph mE)

Il a été rappelé aux bénéficiaires que désormais, pour acquérir un branchement de 3 ampères, les abonnés des localités de la Commune rurale de Tangaye n’auront à débourser que 6.000 F CFA. Ils pourront à cet effet effectuer leur prépaiement via le Mobile Banking, nouveau mode de vente des opérateurs de téléphonie mobile.

Le président du Faso a remercié les partenaires notamment la Banque mondiale pour leur constant soutien. Il a affirmé que l’énergie solaire occupe une place importante dans ce programme d’électrification qui rentre dans le cadre des engagements pris par le gouvernement.

Il faut noter que le Fonds de développement de l’électrification (FDE), qui deviendra bientôt l’Agence burkinabè d’électricité rurale (ABER), verra ses missions élargies pour une meilleure prise en compte du développement des localités rurales. Ainsi, les autorités actuelles du pays souhaitent faire de l’énergie un véritable levier de développement durable.

Théophile MONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *