Accueil » Société » Projet ANCR 2: les activités de 2015 examinées par le comité de pilotage

Projet ANCR 2: les activités de 2015 examinées par le comité de pilotage

Le comité de pilotage du projet «Générations d’avantages pour l’environnement mondial à travers de meilleurs systèmes de planification et de prise de décisions au niveau local au Burkina Faso» a tenu sa première session annuelle le mardi 3 mars 2015 à Ouagadougou. L’évènement a connu la présence des membres du comité.

Le présidium à l'ouverture de la session.
Le présidium à l’ouverture de la session.

«Améliorer leurs connaissances sur le projet, s’approprier les résultats et convenir du programme de travail annuel 2015». Tel est l’objectif de la première session du comité de pilotage du projet «Générations d’avantages pour l’environnement mondial à travers de meilleurs systèmes de planification et de prise de décisions au niveau local au Burkina Faso» tenu le 3 mars dernier.
Selon le coordonnateur du projet Auto-évaluation nationale des capacités à renforcer (ANCR2), Norbert Sidibé, la rencontre vise de façon spécifique, à présenter les principaux axes du projet aux membres du Comité de pilotage (COPIL), d’examiner et adopter le programme de travail annuel de l’année 2015 et de formuler des recommandations pour l’amélioration de l’exécution du projet.
Au terme des travaux, les participants devraient ainsi être suffisamment informés sur le contenu et les enjeux du projet et, le programme de travail annuel 2015 devrait être examiné, amendé et adopté. De même, des recommandations seront formulées afin d’améliorer l’exécution dudit projet.

Norbert Sidibé, coordonnateur du projet ANCR2
Norbert Sidibé, coordonnateur du projet ANCR2

Ce projet a pour objectifs de renforcer et d’opérationnaliser les systèmes de collecte, traitement et dissémination des données et informations environnementales, a précisé son coordonnateur. Il vise également à améliorer les capacités institutionnelles dans la planification et la mise en œuvre du processus de développement en vue de générer des avantages environnementaux à l’échelle nationale et mondiale.
«C’est un projet qui vient d’être initié dans la recherche de deux objectifs. On s’est rendu compte qu’au niveau de la gestion de l’information, la mise à disposition de l’information, il y avait pas mal d’insuffisance. Et on sait que l’information est comme un peu le pouvoir. Quand vous l’avez, cela vous permet de réorienter pas mal de choses, de prendre les décisions qui sied et d’atteindre les objectifs recherchés. Ce projet est essentiellement bâti à partir de ce constat d’insuffisance» a expliqué Norbert Sidibé, par ailleurs chargé du pilotage de ce projet. Depuis la création du projet en 2014, les membres du COPIL n’avaient pas eu, a-t-il déclaré, le temps d’enclencher le travail.
«Il a été bâti un programme de travail annuel pour l’année 2015 et en ciblant dans l’ensemble des activités du projet, celle-là qu’on a jugé pertinent de réaliser en 2015. Ces activités recensées vont être présentées au comité de pilotage qui est l’instance suprême de décision, qui va nous autoriser à faire les réalisations pour l’année 2015. Ce qui avait été fait, c’est un document bâti à partir des activités de ce que l’on recherche comme cible d’ici 2015 et avec des budgets», a-t-il souligné.
Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *